Articles

Editions de l'Harmattan : Liwa Lajan

Par Audrey Jean, le 2 juin 2013 — Aristophane, daniel boukman, Lharmattan, Liwa Lajan, martinique — 2 minutes de lecture

L’Harmattan continue de promouvoir le talent de Daniel Boukman en éditant « Liwa Lajan, l’argent roi » peu de temps après son dernier ouvrage « La mésaventure d’Adiraban le magicien » . Cet auteur martiniquais propose avec ce nouvel opus une adaptation du Plutus d’Aristophane. Particularité de ce texte toutefois : il est écrit uniquement en créole. La poésie et la musicalité incontestable de cette langue sont ainsi sublimées par l’interprétation de Daniel Boukman.

images

« Mètafè-a : Yé krik ! Kontel an vol zwézo plimaj lalin klè, ba sa ki vet ki matrité, ba sa ki mi ba sa ki za dou, man ka ladjé an bel bonswè ! Ni apochan dé mil sek san lanné di sa, yé krak ! Adan an péyi – la Grèce – té ni an mapipi matjè-pawol yo té ka kriyé Aristofàn, yé krik ! Nostrom matjé anlo pies-téyat…Mi anvwala ni yonn andan yo, Ploutous, éti Boukmàn mofwazé’y – an manniè ki tay – nan lang kréyol Matnik yé krak ! é sé kon sa Ploutous tounen Liwa Lajan… »

Aristophane dans son Plutus dénonce le pouvoir de l’argent dans la société et observe à quel point il transforme les hommes à son contact. Daniel Boukman ne se contente pas d’en faire une simple traduction. Il transpose les enjeux de ce Plutus au cœur même de la culture antillaise s’appuyant évidemment sur l’utilisation du créole de bout en bout pour ancrer son univers, mais faisant également bon nombre de références au folklore ou à la mythologie antillaise.  Le sujet de la valeur de l’argent étant un thème universel  les questionnements de la pièce peuvent ainsi s’adresser à un public plus large, pour peu qu’on lise le créole bien entendu !

 

Audrey Jean

 

« Liwa Lajan » de Daniel Boukman

 

ISBN 978 2 336 00871 4
10€

 

L’Harmattan

5-7 rue de l’école Polytechnique
75005 Paris 

Audrey Jean