Articles

Andorra, autopsie d'une haine ordinaire au Théâtre 13 !

Par Laurent Schteiner, le 10 janvier 2016 — fabian chapuis, max frisch, théâtre — 3 minutes de lecture

Fabian Chapuis vient de créer au Théâtre 13 une magnifique adaptation l’œuvre de Max Frisch, Andorra. Cette œuvre, écrite en 1961, dispose de plusieurs points d’entrées tant la densité du texte s’avère profonde. Reprenant les ressorts brutaux de « la bête immonde », Max Frisch construit une histoire comportant tous les aspects sournois et dévastateurs de la haine et du racisme. Il se livre ici à une étude sans concession du mécanisme de l’exclusion de l’autre, du rejet de la différence. Un très beau spectacle aux influences » Brechtiennes ».

Andorra, un pays imaginaire à la lisière d’un autre pays tout aussi imaginaire où vivent les « Casaques Noires. » Ces deux pays frontaliers vivent dans une fausse paix permanente dans une confrontation larvée. Deux  êtres, issus de ces deux pays que tout sépare, vivent une belle histoire d’amour. Andri naitra de cette union interdite. Son père, maitre d’école d’Andorra le ramènera à Andorra en proclamant qu’il a adopté un enfant juif. Dans un pays où l’antisémitisme rampant est institutionnalisé, le père d’Andri en créant cette différence va générer les bases d’une stigmatisation du « juif ». Dès lors les aprioris et les clichés s’amoncellent entrainant le jeune Andri dans une marginalisation de plus en plus forte. La recherche de Boucs-émissaires et la lâcheté rythment le comportement abject de certains membres de cette communauté. Andri, marqué par cet engrenage infernal qui le condamne par avance, malgré la vérité sur sa naissance, ne pourra échapper à son destin.

Andorra repetition web-2

Faban Chapuis a pris soin d’entrecouper cette histoire de témoignages de personnages filmés et projetés sur trois panneaux centraux. A la faveur de ces entretiens, Fabian Chapuis apporte ainsi une véracité et une force supplémentaire au récit. Les comédiens, tous dotés d’une forte présence scénique, nourrissent avec force le propos de cette pièce. Max Frisch, en écrivant cette oeuvre 15 ans après la fin de la 2e guerre mondiale, lance un appel vibrant à la vigilance.

Laurent Schteiner

Andorra de Max FRISCH
Adaptation et Mise en scène de Fabian CHAPUIS
Tradution Armand JACOB
L’Arche ets l’Agent Théâtral du texte représenté.

Avec Alban AUMARD, Anne COUTUREAU, Romain DUTHEIL, Stéphnaie LABBE, Hugo MALPEYRE, Loïc RISSER, Marie-Céline TUVACHE, Elisabeth VENTURA, Eric WOLFER, Laurent d’OLCE et les témoignages de Jean-Patrick GAUTHIER, Philippe IVANCIC, Gaëtan PEAU, Benjamin PENAMARIA, Philippe PERRUSSEL, Paula BRUNET SANCHO, Vincent VIOTTI. 

  • Assistant mise en scène : Emmanuel MAZE
  • Musique : Cyril ROMOLI
  • chorégraphie : Yann CARDIN
  • Lumière : Florent BARNAUD
  • Vidéo : Bastien CAPELA é Quentin DEFALT
  • Régie Vidéo : Ludovic CHAMPAGNE
  • Costumes : Maud BERTHIER et Domitille ROCHE-MICHOUDET 
  • Masques : Sébastien PUECH
  • Construction décor : William DEFRENE & Thierry ORTIE
  • © Bastien CAPELA
du 5  janvier  au  14 février 2016          
du mardi  au samedi   à  20h,  dimanche  à 16h, relâche  lundi  
Théâtre  13  /    Seine
30 rue  du  Chevaleret
75013   Paris
Métro: Bibliothèque  F.  Mitterrand
 
          
www.theatre13.com
  

Laurent Schteiner