Théâtrothèque

Days of nothing

Par Laurent Schteiner, le 27 février 2012 — 2 minutes de lecture

Fabrice Melquiot nous revient avec un ouvrage très actuel portant sur l’Education  Nationale, et plus particulièrement les rapports qui se nouent entre un écrivain en résidence dans un collège avec certains élèves. Si les zones de désespoir des enseignants sont fortes, paradoxalement l’énergie et l’espérance qu’on y puise suffit à redonner espoir aux plus pessimistes. Au-delà du choc culturel attendu et des antagonismes forts qui en découlent, cette œuvre d’une rare finesse et toute en sensibilité ne peut laisser personne indifférent. Avec pour problématique, l’avenir des générations actuelles dans un système en attente d’évolution symptomatique. 

 

Rémy Brossard, écrivain en résidence dans un collège une semaine par mois, s’attelle à réussir le défi qui l’attend. Ecrire un roman dans un Etablissement de banlieue pour mille cinq cents euros par mois. Ce travail peu palpitant l’amène à rencontrer des générations dont le clivage avec notre société est plus que flagrant.

 

Le titre de l’ouvrage, Days of nothing à relier avec la chanson du groupe Chokebore, symbolise cette part de croyance des enseignants dans un système éducatif devenu obsolète. Si le choc générationnel est évident, il traduit avec précision ce constat d’échec. Toutefois, entre manipulation, rêve et désenchantement, cette génération d’adolescents prouve malgré les obstacles qui les rebutent une soif manifeste de s’en sortir. Ce sentiment diffus doit donner aux uns et aux autres des motifs d’espérer. Le texte de Fabrice Melquiot, plein d’intelligence, nous pousse à la réflexion et bien au-delà de nos limites. Un bien beau sujet à méditer.

 

Laurent Schteiner

 

Days of nothing de Fabrice Melquiot

 

12,84 €

ISBN : 978-2-85181-777-8

 

L’Arche Editeur

86 rue Bonaparte

75006 Paris

www.arche-editeur.com

 
 

Laurent Schteiner