Théâtre

Dis leur que la vérité est belle

Par Laurent Schteiner, le 21 juillet 2011 — 3 minutes de lecture

Cette création de Jacques Hadjaje s’apparente davantage à celle d’un cinéaste. Albert, dans l’appartement de sa mère défunte à Créteil, en compagnie de sa fille, se souvient de sa vie en Algérie. Il se remémore son enfance, une jeunesse pleine et heureuse. Il s’assoit et rêve. Il voit défiler sous ses yeux, ses parents qui s’apprêtent à célébrer sa circoncision, sa sœur rebelle dans l’âme, et son oncle Georges amoureux d’Arlette. Quant à la belle Olga, amie de la famille, elle doit bientôt se marier avec un boucher.

Ce tourbillon de vie nous happe par sa douceur de vie, celle d’un monde disparu. Un univers où la vérité, cette vie là, ne peut être que belle. Albert, en proie à ses fantasmes revisite ses moments de bonheur avec tellement de nostalgie qu’on ressent à l’avance les événements malheureux qui approchent. « La main ne prend que ce qu’elle peut dans le quart d’heure dont elle dispose avant le départ…les bijoux, les vrais et les faux aussi on ne sait jamais ! ». Toutes les bonnes raisons étaient là pour se masquer la réalité mais il faut à un moment donné prendre la mesure de la situation. Et après Alger, ce sera Créteil, une ville improbable pour la famille Chouraqui.

Cette pièce empreinte de d’humour et de nostalgie, traite du déracinement et de l’écartèlement des identités algérienne, française et juive avec beaucoup de finesse sans jamais basculer dans le « pathos ». « C’est l’histoire d’un juif qui rencontre un autre arabe… ». A la manière d’Albert, on observe ces tranches de vie et son déchirement devient le notre. Guillaume Lebon incarne Albert à tous las âges de son enfance jusqu’à l’âge adulte. Ses yeux ronds évoquent la naïveté de l’enfant et son interprétation du jeune Albert est frappante de vérité. Son émotion touchante nous chavire et le public se laisse aller avec lui à ses souvenirs.

Ce spectacle est plus que cela. Le présent sous la forme de sa fille le ramène à la réalité. Une fille qu’il a peu connu. Le décès de sa mère les rassemble tous les deux et crée le début d’une complicité entre père et fille appelée à se développer. Les autres comédiens qui entourent Guillaume Lebon ont une belle présence scénique et insufflent un rythme endiablé à cette très belle pièce.

Laurent Schteiner

Dis leur que la vérité est belle de Jacques Hadjaje

Mise en scène de Jacques Hadjaje

Avec Isabelle Brochard, Sébastien Desjours, Anne Didon, Anne Dolan, Guillaume Lebon, Delphine Lequenne et Laurent Morteau

Musique : Jean-Baptiste Sabiani

Scénographie : Patricia Lacoulonche

Costumes : Delphine Le bon

Lumières : Jacques Angot

Décor : Martin Saint-Mémy

Affiche : Philippe Banières

Lucernaire

53 rue ND des champs

75006 PAris

www.lucernaire.fr

Réservations 01 45 44 57 34

du mardi au samedi à 21h30

Laurent Schteiner