Articles

Festival d'Avignon : 4 créations taïwanaises au Théâtre "La Condition des Soies" !

Par Laurent Schteiner, le 4 juillet 2015 — festival d'avignon — 7 minutes de lecture

Le Centre Culturel de Taïwan à Paris et le Ministère de la Culture de Taïwan présentent cette année au festival Off d’Avignon un programme 4 créations taïwanaises au Théâtre La Condition des Soies. Théâtre, danse, opéra et performance seront au menu de ces magnifiques créations. Venez les découvrir !

Du 5 au 25 juillet 2015 au Théatre La Condition des Soies (Avignon), tous les jours du lundi au dimanche à 13h35 : « UNLIMITED SOUL » (durée: 25 mns), spectacle de danse/ Première européenne :

unlimited

« Comment se construire ? Comment se montrer déterminé et résister à ses instincts alors que nous sommes tous voués à disparaître ? Il faut avoir quitté Taïwan, avoir franchi les frontières pour comprendre que le monde est infini. Il faut aussi avoir beaucoup vécu pour comprendre les capacités illimitées de l’esprit… Dans ce voyage physique et spirituel, le metteur en scène-chorégraphe Chuo-Tai SUN s’interroge sur les ressources infinies dont l’être humain dispose pour avancer toujours plus loin, retrouver ses racines et son identité. Autour du thème du voyage, cette spectaculaire création de danse contemporaine mêle romantisme du cœur et énergie primale des corps. L’incroyable sens du rythme du danseur fidjien associé à la précision subtile du danseur taïwanais met ici en lumière les marques profondes que laisse la vie en chacun de nous… »

suivi de : Du 5 au 25 juillet 2015 au Théatre La Condition des Soies (Avignon), tous les jours du lundi au dimanche à 13h35 : « TSCHÜSS !! BUNNY » (durée: 25 mns), spectacle de danse-théâtre/ Première française :

bunny

« Tschüss!! Bunny » en allemand, sonne en chinois comme « tchu-sse ba ni », autrement dit « Va crever ! », façon violente de marquer la séparation. Le chorégraphe Yen-Cheng Liu joue sur cette similitude sonore pour rapprocher les notions de mort et d’au revoir. Il cherche à illustrer l’opposition voire la contradiction forte qui lie l’adieu à la vie passée et la naissance d’une vie nouvelle ; l’abandon du « moi ancien » et l’accueil du « moi nouveau ». Le corps des artistes qui se meut durant le spectacle ne vise pas à faire étalage de la technicité mais plutôt à mettre en valeur le langage corporel en intégrant les gestes du quotidien soigneusement observé et enregistré, pour mettre ainsi en lumière un potentiel chorégraphique nouveau, expressif et clair comme élément d’un langage particulier. Les hésitations des personnages-danseurs sont clairement exprimées par un va-et-vient oscillant entre danse et gestes du quotidien. Avec « Tschüss!! Bunny », Yen-Cheng LIU s’écarte délibérément des sentiers battus de la chorégraphie en imposant aux danseurs une extrême minutie de mouvements y compris dans ces tout-petits gestes que l’auteur semble avoir collectés çà et là, dans la vie de tous les jours. Ce spectacle offre ainsi une expressivité corporelle directe, puissante, fascinante et fédératrice pour un moment de création rare mêlant théâtre et danse. Cette proposition, débordante de vitalité, porte un regard amusé sur la vie : les morts sont bien morts, ils ne reviendront plus… alors que de beaux moments sont à vivre prochainement ! Un style d’expression tout à fait nouveau pour une œuvre passionnante qui ne manquera assurément pas de surprendre le public. On ne peut qu’être fasciné par l’originalité et la richesse du langage du corps élaboré par d’exceptionnels danseurs… »

Du 5 au 25 juillet 2015 au Théatre La Condition des Soies (Avignon), tous les jours du lundi au dimanche à 15h40 : « MISA-LISIN » (durée: 45 mns), spectacle de théâtre-performance/ Première française :

misa-lisin-5unlimited2

« Misa-Lisin est un mythe œdipien exotique et fascinant venu d’Extrême-Orient qui, comme un maelström, emporte tout sur son passage : une quête de la boue féconde qui, au sein de la modernité, engendrerait plutôt la vie. Un des mythes des aborigènes Ahmi raconte que du chaos primitif est né Arayan. Celui-ci s’est transformé en kak-arayan (le ciel), semblable à un gigantesque d-adingo-an (miroir) dont sont issus simultanément et séparément ‘adingo (l’Âme, l’Esprit) et ‘adingo (l’ombre, le reflet). Dieu déclencha alors un déluge qui noya l’Esprit du ciel et il créa l’homme. Un tsunami balaya la Terre, emportant avec lui un frère et sa sœur. Il les déposa sur le Mont Langasan où ils eurent pour descendance serpents, tortues, lézards et grenouilles. Face à leurs lamentations, la déesse solaire leur dépêcha un émissaire qui leur apprit à accomplir des rites d’offrandes par lesquels ils accédèrent à la pleine humanité. C’est en prenant en compte le caractère indissociable du mythe et du rite qu’a été conçu ce spectacle fort, fascinant et inoubliable : un puissant appel à la prise de conscience lancé à toutes les minorités ethniques qui, partout dans le monde, partagent un même sort marqué par des frustrations, des renoncements et une perte de toute identité collective. Cette œuvre extrêmement physique pour les performers est une véritable ouverture sur le monde et présente ainsi de nouvelles perspectives pour la culture aborigène de Taïwan. Misa-Lisin propose un retour aux racines de la danse où les corps chantent le riz nourricier en nous rappelant que tout est né de la boue et du chaos… Cette création transcende les codes esthétiques de la danse et du théâtre contemporains pour une expérience exceptionnelle, dans un langage scénique unique… »

Du 5 au 25 juillet 2015 au Théatre La Condition des Soies (Avignon), tous les jours du lundi au dimanche à 20h25 : « RÊVES DE RIZ » (durée: 45 mns), spectacle de théâtre d’images-opéra/ Première européenne :

Mixed Blood Sticks

« Après Riz soufflé, Riz flambé et Riz au lait, trois spectacles qui lui ont valu d’être distingué jadis par La Provence dans le Top 20 des meilleurs spectacles du Festival d’Avignon, la Compagnie Riverbed Theatre revient cette année à Avignon pour présenter le 4e volet de sa tétralogie intitulé Rêves de riz. Véritable plongée onirique dans la difficile réalité du temps qui passe inexorablement, cette exploration plastique de la vie et de la mort, de l’évanescence du corps charnel constitue une oscillation iconique entre rêve et réalité, virtualité et tangibilité, et, au-delà des apparences, une cruelle descente vers les noirs paysages de l’intériorité. Rêves de riz est inspiré de l’œuvre vidéo de Sam Taylor WOOD créée en 2002, A Little Death, qui donne à voir en accéléré le processus de putréfaction d’un cadavre de lapin. La nature morte s’anime pour devenir une méditation réaliste sur l’ « éphémérité » du corps charnel. Alors que les grands maîtres de la peinture classique combattaient de toutes leurs forces la fuite du temps, essayant de fixer l’instant fugitif dans un écrin d’éternité,  Sam Taylor WOOD nous révèle que la vie est intrinsèquement vouée à la décomposition. Rêves de riz associe le surréalisme taïwanais à la subtile tradition de musique et de danse Nanguan. Il en résulte un spectacle où se mêlent harmonieusement l’Extrême-Orient et l’Occident, la tradition et la modernité. Une expérience théâtrale taïwanaise d’une beauté inédite où l’opéra traditionnel bascule dans un univers onirique, surréaliste et subconscient… »

 Réservations : Tél. : 04 32 74 16 49, sur www.laconditiondessoies.com et via la plateforme Ticket’Off du site du Off
13 Rue de la Croix, 84000 Avignon

Laurent Schteiner