Articles

Festival d'Avignon : Les Chatouilles ou la danse de la colère

Par Audrey Jean, le 26 juillet 2014 — Andréa Bescond, Chêne Noir, eric metayer — 3 minutes de lecture

Le bouche à oreille avignonnais fonctionne à merveille lorsqu’il s’agit de dénicher les pièces incontournables. Cette saison ne déroge pas à la règle et nombreux sont les spectacles qui affichaient complet à partir de la deuxième semaine. La dernière mise en scène d’Eric Métayer « Les Chatouilles ou la danse de la colère » est de ceux là, un monologue atypique qui laisse le public totalement sonné, hébété par la performance de la comédienne Andréa Bescond. Longue vie à ce bijou !

bescond-2

Le sujet est lourd, délicat et pourtant la salle est comble, certainement chaque jour car oui sans aucun doute, les festivaliers sont à l’affut de perles telles que celle-ci. Dans un écrin de simplicité Andréa Bescond, sous la direction d’Eric Métayer, va combiner une histoire forte et violente à l’humour le plus léger possible. Odette est victime de pédophilie. Quoi de plus tabou et insupportable que le viol d’un enfant ? Quand les mots n’arrivent pas à dire l’horreur c’est le corps qui prend la relève. Odette danse depuis toute petite, elle danse tour à tour éperdue, battante, chancelante, mais elle n’arrêtera jamais de danser. c’est son langage, sa survie, sa seule parole face à ce monde terrifiant dans lequel elle a basculé si vite. Andréa Bescond transcende ici totalement son art, danseuse émérite elle nous livre des solos sublimes passant par toutes sortes de disciplines, elle maîtrise aussi bien le classique que la danse contemporaine ou le Hip-Hop. Le résultat est bluffant, la parole devient mouvement dans un fondu parfaitement maîtrisé. Les tableaux dansés sont d’une beauté à vous tirer des larmes avec une mention spéciale pour la scène finale, la danse de la colère, la colère libératrice, la colère évacuée enfin. La danseuse et auteure de ce texte bouleversant n en est pas moins une comédienne épatante, elle va incarner avec maestria tous les personnages qui entourent Odette les caricaturant pour les rendre drôles ou terribles comme cette figure maternelle qui colle des frissons dans le dos. L’ensemble n’est pas sans rappeler le spectacle et maintenant le film de Guillaume Gallienne. On y retrouve le même sens de l’humour salvateur face à la souffrance mais également la même violence dans le rapport parent-enfant. On ne peut que souhaiter à Andréa Bescond un succès aussi important que celui du comédien du français, elle le mérite amplement !

Audrey Jean

« Les Chatouilles ou la danse de la colère » écrit et interprété par Andréa Bescond
Mise en scène d’Eric Métayer

Festival d’Avignon
Théâtre du Chêne Noir à 19H15
8 Bis rue Ste Catherine

Audrey Jean