Articles

Festival des écoles du Théâtre Public : "Lady Aoï" ou l'art du nô revu par Raphaël Trano de Angelis

Par Audrey Jean, le 19 juin 2015 — CNSAD, Nô, Raphaël Trano de Angelis, Théâtre de l'Aquarium, Yukio Mishima — 3 minutes de lecture

A l’occasion de la 6ème édition du festival des écoles du Théâtre Public qui se tient en ce moment même au Théâtre de l’Aquarium nous avons découvert un jeune metteur en scène ambitieux Raphaël Trano de Angelis. Etudiant de 2ème cycle au CNSAD, il s’intéresse de près au théâtre traditionnel japonais et nous offre une adaptation de « Lady Aoï » un nô moderne écrit par Yukio Mishima.

VIGNETTE_-_AFFICHE_FESTIVAL_DES_ECOLES_2015-2

Lorsque Hikaru Genji se rend au chevet de son épouse malade Aoï, il apprend qu’une mystérieuse visiteuse vient chaque soir à l’hôpital. Il s’agit de l’énigmatique Rokujô, une femme beaucoup plus âgée et rendue folle de jalousie lorsqu’Hikaru l’a délaissé. Entre croyances mystiques et cauchemar éveillé le pouvoir envoûtant de la malfaisante met Hikaru Genji face à ses responsabilités et tente de le faire plier.

Yukio Mishima s’est attelé entre 1950 et 1962 à adapter quelques pièces de théâtre nô afin de les moderniser. Le nô, cet art scénique ancestral japonais constitué de drames lyriques extrêmement codifiés, s’en est trouvé renforcé dans son universalité bien que demeurant toujours particulièrement poétisé sur la forme. Raphaël Trano de Angelis poursuit ainsi cette expérimentation et livre ici un travail remarquablement abouti. Respectant les lignes directives de la forme rituelle il laisse libre court à une gestuelle stylisée pour les comédiens, gestuelle étrange et étirée qui installe immédiatement le spectateur dans le magnétisme de cette forme. Un allongement du temps, comme dans un rêve, renforcée évidemment par les partitions dansées de la sublime Noémie Ettlin. Entourée de musiciens et artistes lyriques l’équipe de jeunes artistes fait preuve d’une précision épatante dans cet exercice hautement périlleux, œuvrant de concert à la beauté et l’intemporalité de la tradition japonaise.

Audrey Jean

« Lady Aoï » de Yukio Mishima
Mise en scène de Rapahaël Trano de Angelis assisté d’Adrien Guitton
Traduction et adaptation Dominique Palmé
Regard chorégraphique Kaori Ito
Scénographie : Yaël Haber et Karolina Howorko

Avec : Noémie Ettlin, Nicolas Gonzales, Clarisse Sellier, Nastasia Berrezaie, Cécile Messineo, Claire Bosse-Platière, Suzie Cahn, Charlotte Fox, Camille Chopin et Miya Kabbaj
Les musiciens : Maurenn Nédellec, Christophe Bredeloup, Benjamin Soistier, Thierry Le Cacheux, Sabine Chefson, Frédéric Lagarde, Alexis Girard, Mihi Kim,
Les artistes lyriques : Mari Kobayashi et Yann Toussaint

Vendredi 19 Juin et Samedi 20 Juin à 19H
Dimanche 21 Juin à 15H

Festival du Théâtre Public
Jusqu’au 28 Juin à la Cartoucherie
Entrée libre

Retrouvez toute la programmation du festival des écoles du Théâtre Public sur le site du théâtre de l’Aquarium :

http://www.theatredelaquarium.net

Audrey Jean