Articles

Festival « Marmaille en fugues » de Rennes : « On dit pas j’ai crevé » de Robin Lescouët

Par Laurent Schteiner, le 23 octobre 2021 — enora boelle, on dit pas j'ai crevé, robin lescouet — 3 minutes de lecture

Rennes, sa Métropole et l’Ille et Vilaine, proposent du 19 au 29 octobre 2021 un festival  destiné aux enfants de 0 à 12 ans. Ce festival est multidisciplinaire :  danse,  théâtre, théâtre d’objets , exposition participative, comédie musicale , musique, chant , conte, cinéma d’animation…… Ce festival fait la part belle à l’enfance, l’Art, le rêve et la réflexion. Apprendre à comprendre ce que l’on aime, ce que l’on préfère et pourquoi, se forger ses propres goûts, avoir le choix, faire des choix et les exprimer.

Enora Boëlle nous a présenté un spectacle atypique destiné aux enfants dès 9 ans, On ne dit pas j’ai crevé. Cette création originale met l’accent sur la question de la mort dans notre société. Dans un solo étonnant, Enora Boëlle brise ce tabou en mettant des mots sur cette partie conclusive de notre existence.

Equilibre périlleux s’il en est, Enora Boëlle présente avec brio ce spectacle de façon factuelle. Que se passe-t-il quand tout s’arrête ? Ce faisant, elle met des mots sur la mort poussant à la désacralisation. Les enfants et les adolescents disposant moins de pudeur à ce sujet que leurs ainés sont plus réceptifs à cette réflexion. Notre société a trop tendance à enfermer la mort dans un carcan qui emprisonne la parole. Le verbe est important pour faire un deuil. Pleurer le défunt devient le passage obligé pour continuer à vivre à travers les souvenirs que l’on a partagés avec lui.

Ce spectacle renvoie à nos peurs, nos résistances à parler et au lâcher-prise. Enora Boëlle déroule son spectacle avec coeur en abordant cette fatalité de façon pragmatique. Son entreprise de désacralisation est libératrice et touche le public. L’émotion qui se dégage est palpable de part de d’autre de la scène. Une compréhension mutuelle bouleversante s’opère en laissant les émotions enfouies se libérer. La puissance pédagogique est telle qu’elle s’affranchit de toute pudeur ou de résistances jetant un pont sur un mieux vivre salutaire. La réussite de ce spectacle étonnant tient à la qualité de la mise en scène qui déroule ce processus de mort de l’être humain. L’absence d’un cadre dramatique théâtral soulage paradoxalement la parole en touchant chacun de nous au plus profond. Se sentir vivre en parlant de la mort, quoi de plus naturel !

Laurent Schteiner

On dit pas j’ai crevé de Robin Lescouët
Concept, jeu et mise en scène d’Enora Boëlle

  • Assistante à la mise en scène : Marine Prunier
  • Création musicale : Rouge Gorge
  • Création lumière : Antony Merlaud
  • Costumes : Angèle Micaux
  • Construction décors : Alexandre Musset et Alain Floch
  • Taxidermiste : Marine Ducoudray 
  • Régie lumière et son : Nina Ollivro ou Anna Geneste
  • Appui philosophique : Hélène Réveillard
  • Regards extérieurs ponctuels : Marion Delabouglise et Vincent Collet
  • Crédit photo : Marine Prunier

Tournées : 

Théâtre la Paillette Rennes  
Le 10 décembre 19H
Scolaires les 9 et 10 décembre 14H
Les échappées culturelles en Erdre le 6 mai 22 et Gesvres le 6 mai 2022

 

Laurent Schteiner

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.