Articles

Festival Off d'Avignon : "La dame de chez Maxim" au Théâtre Actuel à 15H10

Par Audrey Jean, le 11 juillet 2017 — festival avignon off, feydeau, johanna boyé, la dame de chez maxim, theatre actuel — 3 minutes de lecture

Après « Le Cas de la famille Coleman » Johanna Boyé dépoussière Feydeau et « La dame de chez Maxim ». Accompagnée par une équipe de comédiens déjantés elle présente au festival d’Avignon une version follement moderne et décadente de ce grand classique du vaudeville. Un pur moment de jubilation à voir en ce moment au Théâtre Actuel.

Après une nuit très arrosée chez Maxim le célèbre cabaret, le docteur Petypon se réveille littéralement la tête à l’envers. C’est le domestique, avec son ami Mr Mongicourt, qui le retrouve au petit matin étendu sur le tapis avec une sévère gueule de bois. Il ne se rappelle pas de grand-chose mais la môme Crevette, elle, va se charger de lui remémorer les folies de la veille et va en prime ponctuer sa journée de quelques rebondissements.

Outre les innombrables quiproquos la mise en scène de Johanna Boyé s’avère être un véritable tourbillon. La scénographie, bourrée de trouvailles inventives, est composée d’éléments mobiles et dessine plusieurs dimensions sur le plateau, se chargant de renforcer l’inextricable imbroglio dont est victime Petybon. Enfin, victime… Comme toujours chez Feydeau les personnages semblent être tout autant misérables et grandioses, se complaisant avec délices dans la multitudes de galères à répétitions. Ici ils ne dérogent pas a la règle d’autant qu’il s’agit là d’une distribution éclatante. Johanna Boyé sait indéniablement s’entourer des meilleurs et les diriger avec maestria. Grâce à cette interprétation au cordeau « La dame de chez Maxim » apparaît terriblement actuel, festif, outrancier, génial en somme. On y lit derrière la drôlerie des gags enchaînés une truculente satire des codes bourgeois, un portrait au vitriol de la bêtise humaine. Les interprètes sont tous, sans exception, excellents et font preuve d’une rigueur impeccable dans l’exercice périlleux du vaudeville. Vanessa Cailhol en môme Crevette trouve un rôle à la mesure de son talent. Sexy en diable, elle virevolte, danse, chante, ensorcelant toute la bourgeoisie engoncée dans ses belles manières, n’oubliant pas par là même de faire chavirer le public. Arnaud Dupont offre lui aussi quelques scènes d’anthologie, Florian Choquart et Pamela Ravassard grimaçants à loisir sont également particulièrement hilarants. « La dame de chez Maxim » met en lumière un collectif d’acteurs, un groupe soudé, complice et généreux, et du coup un formidable divertissement. À coup sûr un succès annoncé du festival cette année !

Audrey Jean

« La dame de chez Maxim » de Georges Feydeau
Adaptation Johanna Boyé et Pamela Ravassard
Mise en scène Johanna Boyé

Avec Vanessa Cailhol, Pamela Ravassard, Arnaud Dupont, Florian Choquart, Garlan Le Martelot, Lauri Lupi, Vincent Vitti et Mehdi Bourayou

Festival Off d’Avignon
Théâtre Actuel à 15H10

Audrey Jean