Articles

Festival Phénix : « L’un est l’autre » d’après le roman de Régis de sà Moreira

Par Laurent Schteiner, le 11 juin 2021, mis à jour le 22 juin 2021 — eric verdin, l'un est l'autre — 3 minutes de lecture

Le Phénix Festival se poursuit avec un spectacle étonnant, L’un est l’autre, librement adapté du roman Mari et Femme de Régis de sà Moreira. Le propos inédit favorise la réflexion tout en stigmatisant l’angoisse de se retrouver dans le corps de son conjoint ! Expérience effrayante et/ou séduisante, Eric Verdin s’emploie avec talent à assoir cette situation cataclysmique pour notre plus grand plaisir.

Marine et Benjamin, au bord de la rupture, continuent de cohabiter ensemble dans leur appartement. Mais le destin, quelque peu farceur, va leur donner une seconde chance. Celle-ci se présentera sous une forme totalement inattendue, voire vertigineuse. Benjamin, qui dort habituellement dans le salon, se réveille dans le lit traditionnellement occupé par Marine. Au réveil, la surprise est de taille, il vit dans le corps de Marine ! Parallèlement Marine se retrouve dans le salon dans le corps de Benjamin ! Passée la stupeur, les récriminations repartent de plus belle mais cette fois il convient de faire front devant ce coup du sort inattendu et angoissant. Comment appréhender ce nouveau corps avec un sexe nouveau ? Un corps qui réagit sans que l’esprit de l’un ou de l’autre puisse intervenir ou le contrôler. Comment s’habille-t-on ? En changeant d’aspect extérieur, leur rapport au monde va complètement se modifier les poussant vers des rivages inconnus. La frontière est fine entre l’épouvante et le fantasme d’être autre.

La mise en scène d’Eric Verdin a su tirer parti d’objets incongrus répondant aux actes de la vie quotidienne. Mais tout se tient dans cette histoire loufoque. La contribution narrative de chacun emprisonné dans le corps de l’autre est proprement désopilante. Les trouvailles décalées de mise en scène sont en raccord avec la scénographie très originale proposée par Capucine Grou-Radenez. Marine Montaut et Benjamin Boyer sont excellents provoquant l’hilarité du public d’un bout à l’autre du spectacle. Ce spectacle burlesque, quelque peu provocateur, en nous proposant d’ouvrir « le champ des impossibles » surfe à la fois sur un fantasme inavoué et sur une effrayante réalité. Une expérience théâtrale à vivre !

« Tu as passé l’après-midi à la fenêtre du bureau de ta femme en te demandant lequel de vous deux mourrait si tu sautais. »

Laurent Schteiner

L’un est l’autre librement adapté du roman Mari et Femme de Régis de sà Moreira
Mise en scène de Eric Verdin

Avec Marine Montaut et Benjamin Boyer

  • Lumières : Denis Schlepp
  • Son : Philippe Timmerman
  • Scénographie : Capucine Grou-Radenez
  • Musique : Jean-Baptiste Sabiani
  • Chorégraphie : Tchavdar Pentchev
  • Assistante à la mise en scène : Camille Timmerman
  • et la voix de Barbara Tissier
  • copyright : Sébastien Mathé

Le spectacle se jouera au théâtre Girasole du 7 au 31 juillet à 18h15

Laurent Schteiner

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.