Articles

La Faculté / Un jeune se tue

Par Audrey Jean, le 26 août 2012 — 3 minutes de lecture

Christophe Honoré nous met face aux extrémismes et aux violences de notre société dans ses deux nouvelles pièces « La Faculté » suivi de « Un jeune se tue » publiées chez Actes Sud-papiers. Mettant en scène un crime homophobe dans la première puis un accident de voiture traumatisant, il dépeint dans un langage actuel et cru toute la haine de cette jeunesse en guerre contre le monde et contre elle-même. Rappelons que Christophe Honoré fut cette année largement représenté à Avignon, les festivaliers ont pu notamment y voir les créations de ces deux textes ainsi qu’une mise en scène de « Nouveau Roman » par l’auteur lui-même. 

 

« La Faculté »
Une nuit enneigée sur un terrain de foot Ahmed est assassiné, passé à tabac avec rage par des jeunes de la cité voisine. Son seul tort: être homosexuel et amoureux fou d’Harouna l’un des caïds.

Traitant sans tabou de la difficulté pour certains jeunes d’accepter la différence des autres, Christophe Honoré confronte le lecteur à la dureté des mots avant même d’aborder l’horrible meurtre. Il ajoute à son intrigue le cas de conscience terrible de Jérôme.  Ce dernier est tiraillé entre son amitié pour Ahmed, sa peur d’être lui aussi identifié comme homosexuel et surtout le fait que ses frères fassent partie des meurtriers. Il va contre toute attente choisir la vérité au détriment de sa propre famille et dénoncer ses frères.

« Harouna : Je n’ai rien voulu te faire, ni en bien ni en mal, je ne te veux rien, mais maintenant je ne veux pas que tu meures, que tu souffres, ça va, tu mérites, qu’est-ce que t’avais besoin de venir m’allumer devant eux, tu mérites les coups qu’ils t’ont donnés (…) »

 

« Un jeune se tue »

Quatre filles insouciantes rentrent de boîte de nuit en voiture quand Yohanna, croyant voir un homme sur la route, provoque un terrible accident. Choquées, Yohanna, Alice et Laura comprennent que Gaëlle est morte sur le coup. Les filles reviennent alors sur les évènements précédants la tragédie, leurs relations avec les hommes notamment celle que Gaëlle entretenait avec Quentin.

Là encore Christophe Honoré crée un lien étroit entre le sexe et la violence, il entremêle les souvenirs des protagonistes à leurs fantasmes et crée une atmosphère hautement érotique. Pourtant la mort est elle aussi bien présente et des images insoutenables s’imposent parfois aux lecteurs.

« Arianne : Elle est morte sous leurs yeux…Pourquoi elle a fait ça ? …Pourquoi elle n’a pas choisi mes yeux à moi ?
Amandine : Elle voulait pas te faire peur.
Arianne : Mais elle n’aurait pas dû me laisser seule. C’est dégueulasse.
Amandine : Les morts sont tous dégueulasses. »

Audrey Jean

 

 

« La Faculté / Un jeune se tue » de Christophe Honoré

ISBN 978 2 330 00891 8
15,50€

Actes Sud-papiers

18 rue Séguier
75006 Paris

http://www.actes-sud.fr 

 
 

Audrey Jean