Articles

La pitié dangereuse

Par Audrey Jean, le 15 juin 2012 — 3 minutes de lecture

Après sa brillante interprétation de Lélio dans « Les Cancans » du Théâtre 13, Stéphane Olivié Bisson revient à la mise en scène avec « La pitié dangereuse » actuellement à l’affiche du Lucernaire. Tiré du roman de Stefan Zweig cette tragédie captivante nous questionne sur les rapports humains et amoureux  au sein d’une societé trop souvent formatée.


Mr Kekesfalva organise un bal pour distraire sa fille Edith paralysée. Elle y rencontre Anton Hofmiller un jeune officier, qui accepte par compassion de venir régulièrement passer du temps avec la jeune fille. Mais Edith tombe très rapidement amoureuse du lieutenant alors que les intentions de celui-ci ne sont guidées que par la commisération. Où se situe la limite entre la pitié et l’amour ? Comment notre rapport aux autres influence-t-il nos émotions ?


Stephan Zweig fut un auteur très prolifique et il est encore extrêmement populaire de nos jours. L’évolution dramatique de la situation et les caractères marqués des personnages confèrent à ce roman un intrigue qui sied particulièrement bien à la scène. Elodie Menant choisit de s’approprier totalement le texte et nous propose une version chargée de non-dits et d’insinuations. Ainsi on devine plus qu’on ne voit réellement les contradictions et les questionnements des personnages.


Stéphane Olivié Bisson nous avait déjà séduit avec sa mise en scène bouleversante de « Caligula » la saison dernière à l’Athénée. Il renouvelle incontestablement l’exploit avec cette adaptation du roman de Zweig. On retrouve ici une esthétique recherchée grâce notamment aux très beaux clairs-obscurs, l’atmosphère est chargée d’intensité et ponctuée de musiques particulièrement bien choisies. L’ensemble prend donc une tournure plus cinématographique que théâtrale et le spectateur est subjugué par l’intensité dramatique de la pièce.


Les comédiens sont partie intégrante de la richesse de ce spectacle avec toutefois une mention spéciale pour Elodie Menant. Elle nous offre une Edith toute en nuances, complexe et à fleur de peau. Arnaud Denissel fait également preuve de beaucoup de talent dans son interprétation du lieutenant Hofmiller, tiraillé entre son empathie pour Edith et sa peur du regard des autres.

Une adaptation captivante de cette histoire d’amour tragique !

Audrey Jean


« La pitié dangereuse » de Stefan Zweig
Adaptation d’Elodie Menant

Mise en scène de Stéphane Olivié Bisson

Avec : Arnaud Denissel ou Maxime Bailleul, Elodie Menant, David Salles ou Roger Miremont, Jean-Charles Rieznikoff, et Salima Glamine

crédit photos : Olivier Brajon

Du 6 Juin au 30 Septembre 2012
Du Mardi au Samedi à 21H30
Les Dimanches 16, 23 et 30 Septembre à 15H

Le Lucernaire

53 rue Notre-Dame des Champs
75006 Paris

www.lucernaire.fr

Audrey Jean