Articles

L'apprentie sage-femme

Par Laurent Schteiner, le 8 décembre 2011 — 3 minutes de lecture

L’itinéraire d’une jeune apprentie sage-femme dans une ancienne Angleterre au XVIIIe nous est actuellement proposé au  Lucernaire. « Ce seule en scène » s’avère être une pièce forte et originale, dont la modernité ne se dément pas au fil du spectacle. Adapté d’un récit de Karen Cushman par Philippe Cruzéby, Nathalie Bécue incarne magnifiquement cette jeune apprentie à la recherche de sa place dans une société archaïque et rugueuse.

 

« Jeanne la pointue », sage-femme de son état, rencontre sur sa route Alice, une jeune enfant, qui voyage au pays de la misère. Cette « morveuse », surnommée Cafard de fumier, va tenter de devenir une apprentie de la vie. Les sentiments sont présents à chaque instant. Mais ils sont dissimulés, tapis dans la rudesse, la rugosité des mots et des actes. Le chemin d’Alice s’avère long et douloureux. Surmonter l’inconnu devient une tache ardue. Sans passé et pour seul avenir un point d’interrogation, Alice, s’essaye à vaincre tous les obstacles qui s’offrent à elle. Son apprentissage existentiel s’adoube de celui de sage-femme. Mais les circonstances vont permettre à Alice de faire la démonstration de ses possibilités et de ses qualités cachées.

 

Le thème de cette pièce s’apparente davantage à une problématique sur la place de chacun dans la société actuelle. Ce débat n’est pas unique en son genre puisqu’il est aisément transposable à toute époque. Ce conte initiatique induit également la notion du savoir et de son apprentissage : des connaissances détenues par un magistrat encyclopédiste au chat rempli de sagesse questionnent le public. La place de la lecture et du langage dans cette fable sont récurrentes. La mise en scène signée Félix Prader souligne toute la pertinence des mots à travers une langue simple et rude  jonchée d’expressions, d’images, de couleurs et de senteurs. Le conte onirique n’est pas loin. Le public découvre ce spectacle comme un film qui se déroule sous ses yeux. Les sensations sont présentes et partagées. Tout est là. A portée de main. Les saisons s’égrènent et les spectateurs vivent ces changements en accompagnant Alice sur la voie de sa construction personnelle. 

 

Ce superbe spectacle est porté par Nathalie Bécue qui joue avec talent et sobriété un personnage si touchant et si poignant. Mais elle n’en reste pas là car elle incarne également, tour à tour, les personnages qui croisent son chemin. Plus que jamais ce spectacle est vivant et beau grâce à la générosité de Nathalie Bécue qui libère en nous un réel plaisir !

 

Laurent Schteiner

 

L’apprentie sage-femme de Karen Cushman

Adaptation de Philippe Cruzéby

Mise en scène de Félix Prader

copyright Bruno Steffen 

Avec Nathalie Bécue

 

Lucernaire

53 rue ND des Champs

75006  Paris

Réservations : 01 45 48 91 10

Du 2 nov au 31 déc 2011

Du mardi au samedi à 19h00

www.lucernaire.fr

Laurent Schteiner