Articles

Le porteur d'histoire

Par Audrey Jean, le 7 septembre 2012 — Théâtre 13 — 4 minutes de lecture

Il est de ces spectacles que l’on attend avec impatience et dont on sait par avance qu’ils ne nous décevront pas. « Le porteur d’histoire » écrit et mis en scène par Alexis Michalik est de cette trempe là ! Après un beau succès en Avignon, cette pièce passionnante revient à Paris à l’affiche du Théâtre 13  jusqu’au 14 Octobre avant plusieurs dates de tournée en province. Alliant à la perfection le fond à la forme, ce bijou de créativité vous laissera un souvenir indéfectible de la magie du théâtre.

 

« Qu-est ce qu’une histoire ? » C’est avec ces mots que nous apostrophe Martin Martin avant de nous raconter son histoire à lui. Son histoire, mais aussi celle de son père, celle d’Alia et sa fille, celle d’Alexandre Dumas ou encore celle de la mystérieuse Adélaïde. Oui il va nous conter toutes ces histoires et bien plus encore, il va les faire revivre sous nos yeux ébahis. Car quand Martin trouve ces carnets manuscrits au fin fond des Ardennes, alors qu’il est venu enterrer son père, il ne se doutait pas un seul instant du périple à travers le temps qu’il allait effectuer…et nous non plus !

« J’ai pris un livre, machinalement. Je l’ai ouvert, au milieu. Ce n’était pas un livre, c’était un carnet, manuscrit.
Et là, je suis rentré dans l’Histoire »

Alexis Michalik nous livre ici une nouvelle création en tant qu’auteur. Après quelques  beaux succès de mises en scènes notamment « La mégère à peu près apprivoisée » ou « Roméo et Juliette » avec la compagnie Los Figaros, on peut définitivement rajouter l’écriture à la liste de ses nombreux talents. Renfermant de multiples tiroirs narratifs, « Le porteur d’histoire » est une pièce complexe qui tient le spectateur en haleine de bout en bout. Mais au delà de la forme parfaitement maîtrisée du texte c’est avant tout une vraie réflexion que nous propose l’auteur, sur la définition même de la notion de récit. C’est aussi un véritable reflet de l’étendue infinie des possibilités du théâtre, cet espace où le temps n’a pas de limites, où l’on peut voyager d’un continent à un autre en un claquement de doigt, ce lieu où l’on vient écouter une histoire.

 

La mise en scène est volontairement sobre, de simples tabourets illustrent les différents éléments nécessaires aux pérégrinations des protagonistes. Un grand tableau noir au fond du plateau accueille les mots-clefs de ce récit choral, les personnages les écrivent à la craie formant un enchevêtrement de mots au fur et à mesure que les histoires se nouent entre elles. Souvent ils miment certains objets de sorte que l’imaginaire du public est sollicité en permanence, comme pour mieux l’inviter à participer à ce feuilleton littéraire.

Une distribution exemplaire complète ce tableau, les comédiens endossent les costumes d’une multitude de personnages nous captivant par leur intensité et leur présence scénique. La voix  d’Eric Herson-Macarel guide le spectateur au travers de cette quête du savoir, nous sommes littéralement suspendus à ses lèvres tant le comédien est un conteur hors pair. Evelyne El Garby Klai est quant à elle d’une beauté renversante et sa prestation, nourrie par le crescendo dramatique, est très émouvante.

Vous l’aurez compris on ne saurait que trop vous recommander de voir ou revoir ce porteur d’histoire vous serez, soyez en sûrs, bouleversés par le voyage.

Audrey Jean

 

« Le porteur d’histoire » écrit et mis en scène par Alexis Michalik

Avec : Amaury de Crayencour, Evelyne El Garby Klai, Magali Genoud, Eric Herson-Macarel, et Régis Vallée

Crédits photos : Julien Lemore

Du 4 Sepetmbre au 14 Octobre
mardi,jeudi et samedi à 19H30
mercredi et vendredi à 20H30
dimanche à 15H30

Théâtre 13/Jardin

103 A Bd Auguste Blanqui
75013 Paris

Réservations 01 45 88 62 22
www.theatre13.com

 

Audrey Jean