Articles

"Les Damnés" d'Ivo van Hove à la Comédie Française : glaçant, puissant et étincelant !

Par Laurent Schteiner, le 27 septembre 2016 — Comédie Française, Ivo Van Hove, les damnés, luchino visconti — 4 minutes de lecture

Les Damnés, ce spectacle d’Ivo van Hove créé au Festival d’Avignon 2016 est actuellement à l’affiche de la Comédie Française. Le film culte de Luchino Visconti à l’origine de ce projet  a été adapté de façon magistrale au théâtre par Ivo van Hove. Fasciné par l’univers de ce film, Ivo van Hove s’est attaché au scénario de Luchino Visconti, de Nicola Badalucco et d’Enrico Medioli pour présenter une pièce puissante, glaçante et éblouissante. Cette adaptation nous laisse entrevoir le caractère indémodable de cette œuvre qui n’a pas pris une ride et qui demeure malheureusement d’une actualité brulante.

Les Damnés ou la tragédie d’une famille d’industriels, les Essenbeck, pendant la prise du pouvoir par les nazis en 1933, rappellent l’étonnant destin de la famille Krupp. Cette famille à la tête d’un empire sidérurgique a longtemps servi les besoins des nazis pendant la seconde guerre mondiale et notamment à travers le réarmement de l’Allemagne. Sous forme de tragédie antique, Ivo van Have nous présente cette famille dont les rêves de puissance et de domination vont causer sa perte. S’entredéchirant les uns les autres se servant peu ou prou du parti Ivo van Hove nous montre toute la mécanique bien huilée du National-Socialisme. Dès lors un postulat clair s’applique : le Parti est le garant de tout qui permet de vivre ou de survivre. Vivre à l’extérieur du Parti revient à se déclarer être son ennemi. Martin, l’héritier de l’empire sidérurgique, en fera l’amère expérience aux termes de laquelle il n’aura pas d’autre choix que devenir nazi.

damnes

Au début du spectacle, Ivo van Hove fait défiler quelques bandes d’actualité parmi lesquelles le Reichstag en flammes permet de dater l’espace-temps de la pièce. Mais il fait plus que cela car cet incendie est l’amorce de la montée en puissance du régime. Cet incendie sera utilisé pour justifier l’élimination des opposants au régime.

La mise en scène d’Ivo van Hove touche à l’intime. En filmant les personnages et en les projetant sur un grand écran, il nous fait entrer dans leur sphère de proximité. La caméra se promène et balaye les autres personnages et tout devient alors plus authentique. Les comédiens touchés ainsi par cette approche sont d’une sincérité criante. Les effets de son et d’images violentes traduisent le malaise qui s’insinue parmi le public marquant les esprits par leur caractère glaçant.

Cette œuvre, outre la démonstration de l’avènement du totalitarisme, choisit d’explorer également la manipulation sous toutes ses formes. C’est ainsi que Martin de manipulé finira par devenir manipulateur et bourreau. Ce dernier trait n’est pas sans rappeler une actualité brulante où certains jeunes sont manipulés et enrôlés pour aller combattre en Syrie.

Les comédiens sont tous prodigieux. Saluons tout de même les performances de Guillaume Gallienne, Denis podalydès, Elsa Lepoivre, Didier Sandre et Christophe Montenez. Ivo van Hove a réussi son pari en faisant admettre cette œuvre au répertoire de la Comédie Française mais également en livrant une œuvre étincelante !

Laurent Schteiner
 

« Les damnés » d’après l’œuvre de Luchino Visconti sur le scénario de Luchino VISCONTI, Nicola BADALUCCO et d’Enrico MEDIOLI
Mise sn scène d’Ivo van HOVE

avec Claude MATHIEU, Sylvia BERGE, Eric GENOVESE, Denis PODALYDES, Alexandre PAVLOFF, Guillaume GALLIENNE, Elsa LEPOIVRE, Loïc CORDERY, Adeline D’HERMY, Clément HERVIEU-LEGER, Jennifer DECKER, Didier SANDRE et Christophe MONTENEZ
Comédie Française
Place Colette
75001 Paris
Réservations : 01 44 58 15 15
www.comedie-francaise.fr
du 24 septembre 2016 au 13 janvier 2017 à 20h30
 
 

Laurent Schteiner