Articles

Les Saisons de Rosemarie

Par Audrey Jean, le 9 octobre 2012 — 3 minutes de lecture

Dominique Richard continue sa série de livres sur l’enfance en mettant à l’honneur cette fois le personnage de Rosemarie déjà présent dans les précédents volets. Dans la lignée de « Hubert au miroir » et « Le Journal de Grosse Patate » il signe ici encore un ouvrage pédagogique émouvant et d’une grande poésie.

 

Dans « Le Journal de Grosse Patate » nous avions quitté Rosemarie en petite fille timide, qui ne parlait pas mais souriait toujours de manière douce. On la retrouve jeune fille perdue, inquiète des changements qui s’annoncent dans sa vie. Elle grandit mais ne sait plus qui elle est. Les adultes autour d’elle ne la rassurent pas alors elle se lie d’amitié avec un garçon imaginaire à la dyslexie touchante. Grace à lui elle avancera doucement, progressivement plus sereine vers l’âge adulte au fil des saisons qui passent.

 

« A quoi ça sert de grandir ? Ca n’amène que des soucis . J’aimerais rester la même un petit peu, que j’aie le temps de m’habituer.(…) Aujourd’hui, toutes les choses sont posées devant moi, inertes comme des cailloux, et je suis une grande fille, comme dit papa, enfermée dans sa tête. »

 

Avec cet opus d’une grande sensibilité Dominique Richard réussit une nouvelle fois le pari de bouleverser le lecteur, petit ou grand. La dyslexie du garçon imaginaire, prétexte à s’amuser avec la langue, nous entraîne dans des échanges légers et drôles tout en posant la vraie question de la construction de l’identité personnelle. « Comment arrive-t-on à pouvoir dire moi ? » telle est le point de départ de la démarche de l’auteur lorsqu’il écrit non pas pour les enfants mais sur l’enfance. Le résultat est brillant, intelligent et ludique à la fois. Nul doute que les jeunes trouveront ici les réponses à leurs tourments dans cette  série  passionnante.

 

« Le garçon : Moi, si. Les failles, les feuilles, les filles, je les aime beau, beaucoup.
Rosemarie : Pfu, ça m’étonnerait.
Le garçon : Et je, je suis un garçon pas bagage, pas barrage, passeur, pas bagarreur.
Rosemarie : Jamais vu un garçon pas bagarreur.
Le garçon : Je, je n’aime pas les costauds, les comiques, les cosmonautes.
Rosemarie : Mais qu’est ce que tu fais là, toi ?
Le garçon : Le copain, c’est moi. »

Audrey Jean

 

« Les Saisons de Rosemarie » de Dominique Richard
à partir de 10 ans

ISBN 2 84260 156 4

7€

éditions Théatrales Jeunesse

38 rue du Faubourg St-Jacques
75014 Paris

http://www.editionstheatrales.fr

Audrey Jean