Articles

Lettre à ma mère

Par Audrey Jean, le 5 mars 2012 — 3 minutes de lecture

Après le succès de son adaptation de « Lettre à mon juge », Robert Benoît s’intéresse à un texte plus intime de Georges Simenon « Lettre à ma mère ». Ce spectacle à l’affiche du Lucernaire révèle un peu de la personnalité de Simenon au travers de sa relation compliquée avec sa mère.

« Ma chère maman, voilà trois ans et demi environ que tu es morte à l’âge de quatre-vingt-onze ans et c’est seulement maintenant que, peut-être, je commence à te connaître. »

C’est sur ces mots que commence la longue déclaration d’amour à cette mère que Simenon a si mal compris de son vivant. Au fil de ce texte, il nous dresse le portrait d’une femme distante mais il réalise aussi à quel point il l’a aimé. C’est donc un adieu émouvant et la chronique d’un amour déçu que Robert Benoît choisit de nous faire partager.


Dans cette adaptation, Robert Benoît s’approprie les mots de Simenon avec beaucoup d’humilité et se met complètement au service de son œuvre. Réalisant un travail de diction précis, il déclame le texte dans un rythme lent, laissant échapper des moments d’émotions. Dans cette atmosphère mélancolique, chaque mot paraît pesé car c’est avec beaucoup de recul et de pudeur que Simenon analyse la relation qui le lie à sa mère.

« C’est pour effacer les idées fausses que j’ai pu me faire sur toi, pour pénétrer la vérité de ton être et pour t’aimer que je t’observe, que je rassemble des bribes de souvenirs et que je réfléchis. »

Mis en scène avec simplicité, le comédien est plongé dans un clair-obscur intimiste contribuant à entraîner le spectateur dans cette confession poignante. La simple suggestion d’un lit d’hôpital au fond de la scène suffit à personnifier la mère si mystérieuse aux yeux de son fils. Par moment, comme pour la rendre réelle à nouveau, Robert Benoît consulte avec nostalgie un album de photos défraichies.

Une adaptation qui met en lumière la prestation millimétrée de Robert Benoît et qui constitue un bel hommage à Simenon.

Audrey Jean

« Lettre à ma mère » de et avec Robert Benoît
Adapté du roman de Georges Simenon

Crédits photo : Natalia Apekisheva

Du mardi au samedi à 18H30

Lucernaire

53 rue Notre-Dame des champs
75006 Paris

www.lucernaire.fr

Audrey Jean