Articles

L'Hamblette

Par Audrey Jean, le 16 janvier 2012 — 4 minutes de lecture

Dans le cadre de sa carte blanche au Théâtre de l’Opprimé la Nouvelle Fabrique a d’ores et déjà adapté avec talent « La vieille » et « Le numéro d’équilibre ». Ils nous proposent également de redécouvrir « L’Hamblette ». Brillament intérprété par cette troupe survoltée, ce texte de Giovanni Testori réinvente le mythe d’Hamlet et transporte le spectateur dans un univers étrange et chaotique.


La Nouvelle Fabrique a pour vocation de décortiquer des textes inédits. Cette compagnie met son talent au service des mots, toujours à la recherche de nouvelles trouvailles. C’est donc tout naturellement qu’elle s’approprie ce texte « L’Hamblette » de Giovanni Testori. Cet auteur jouit d’une certaine popularité en Italie mais n’a encore jamais été joué en Françe. Pour cause l’originalité de son texte réside dans le fait qu’il est entièrement écrit dans une langue inédite.

« Inzipit Hambleti tragedia. Inzipit en l’ici, en l’Elzéneur. Qu’elle Inzipit en l’Elzéneur ou en l’ailleurs, en n’importe quel d’autre pays. Dans l’royaume de Camerlate, mettons. Dans l’encelui de Lomasse. Et mêm’ peut-être pluss dans l’en bas, presques aux portes de l’illustrissime et ma- gnifiquissime ville de Milan. »

Testori bouleverse les codes, il souhaite « mettre l’apocalypse dans les mots, les tordre, les dépecer, les secouer ». Pour ce faire, il regroupe néologismes, dialectes et autres patois et crée de toutes pièces un nouveau langage. Mais même si les mots sont différents, les composantes de la tragédie Shakespearienne sont bien présentes. Hamblette le héros est condamné à renverser la pyramide du pouvoir pour rétablir la vérité sur le meurtre de son père. 


Cette mise en scène de Giampaolo Gotti propose une mise en abîme du théâtre lui-même. Les personnages sont des comédiens itinérants qui jouent pour nous tant bien que mal cet Hamblette. Ils passent donc du réel au jeu avec beaucoup d’humour. Ils sortent de leurs personnages et apostrophent directement le public, apportant à certaines scènes un jeu de distanciation très efficace. On note également un parallèle intéressant avec l’atmosphère des « années de plomb ». Grâce à des projections d’images du Milan des années 70, le spectateur est renvoyé à cette période de tension politique où régnait un climat de peur. Comme dans Hamlet, la folle quête du pouvoir a des conséquences dramatiques et mène irrémédiablement les hommes au chaos.


Cette impression d’anarchie est très présente dans le spectacle. Par moments, les textes des comédiens se chevauchent dans un joyeux désordre. L’espace scénique tout comme la langue de Testori est modulée à l’infini. Un cube blanc se transforme en voiture ou en boudoir, une malle fait office de baignoire ou de calice. Le décor évolue ainsi sous nos yeux illustrant tour à tour les différents lieux du palais d’Hamblette.


Une équipe de jeunes comédiens exceptionnels parachève ce tableau original. Marie-Cécile Ouakil passe avec aisance de l’innocente Lofélie à la calculatrice Gertrude. Colin Rey nous offre un Arlong assoiffé de pouvoir. Thomas Fitterer alterne entre un Polone fidèle et un Laerte vengeur. Clément Carabédian est quand à lui le Franzois personnage troublant et sensuel. Enfin Benoît Félix-Lombard campe un Hamblette touchant et passionnant. Faisant preuve d’une performance incroyable, ils s’approprient cette nouvelle langue avec maestria, mettant leur dynamisme et leur énergie au service de cette pièce inclassable. 

Une nouvelle preuve de la force de travail et du talent de cette compagnie dont on attend la prochaine création avec impatience.

Audrey Jean

« L’Hamblette » de Giovanni Testori 
Mise en scène : Giampaolo Gotti assisté de Sylvia Bagli

Traduction: Jean-Paul Manganaro
Scénographie: Estelle Gautier
Son: Thibaut Champagne
Lumière: Benjamin Nesme

Avec: Clément Carabédian, Benoît Félix-Lombard, Thomas Fitterer, Marie-Cécile Ouakil, et Colin Rey

Du 13 au 22 Janvier 2012
Du mardi au vendredi à 20H30, le samedi 14 à 17H et 20H30, le samedi 21 à 20H30, et le dimanche à 17H

Théâtre de l’Opprimé

78 rue de Charolais
75012 Paris

Locations 01 43 40 44 44
www.theatredelopprime.com

Audrey Jean