Théâtre

L'intrus

Par Laurent Schteiner, le 27 octobre 2011 — 3 minutes de lecture

Le mythe de Faust est actuellement revisité avec bonheur au Studio des Champs Elysées. Mise en scène par Christophe Lidon,  cette comédie de Christophe Rault nous présente le thème de la tentation au sein de notre société moderne. Accompagnée d’une belle distribution pour la circonstance, cette fable séduisante et touchante aborde les questions de la vie, de la mort, de l’amour et du bonheur.

 

Henri, que guette la maladie d’Alzheimer, a été un scientifique reconnu par ses pairs. Sa rencontre avec un inconnu, un intrus qui s’est glissé à son insu dans sa chambre, va bouleverser sa vie. Veuf depuis quelques années, il vit avec sa fille en attendant la fin. Le pacte que va lui proposer cet importun a toutes les résonnances d’un contrat avec le diable. Le signer avec lui afin de retrouver quelque peu sa jeunesse le pousse vers un abyme de réflexions. Ce mythe de la fontaine de jouvence évoqué tient du fantasme à l’automne de sa vie. C’est tout le thème de cette pièce où cet étrange jeune homme propose ce pacte diabolique à Henri, le sauvant d’une déchéance que la maladie a programmée et lui assurant des instants de bonheur jusqu’au bout.

 

La mise en scène astucieuse de Christophe Lidon nous présente un spectacle en tous points original. Henri incarne, tour à tour, son propre personnage et le diable. Et l’intrus, de son côté,  revêt ses propres traits et ceux d’Henri jeune. Tout se tient et les ruptures sont parfaites. Ces dédoublements aidés d’une scénographie adéquate transposent la réalité de cette fable. Claude Rich est émouvant et drôle dans ce rôle compliqué et semble-t-il, fait sur mesure. Nicolas Vaude, le diable en personne, joue avec perversité et sensibilité un personnage tout en finesse où les sentiments les plus variés sont marqués avec justesse. Entre philosophie et réalisme, désirs et frustrations les vies d’Henri défilent sous nos yeux. Avec la finalité de revoir ceux qu’il a aimés et qui ne sont plus et d’accéder à ce dernier bonheur tant attendu avant la nuit. Jean-Claude Bouillon, Delphine Rich et Chloé Berthier apportent à l’ensemble une solidité et une finesse d’interprétation qui renforcent le duo Claude Rich et Nicolas Vaude. Un bien beau spectacle à découvrir !

 

Laurent Schteiner

 

L’intrus d’Antoine Rault

Mise ne scène de Christophe Lidon, assisté de Denis Berner

Avec Claude Rich, Nicolas Vaude, Jean-Claude Bouillon, Delphine Rich, et Chloé Berthier

Décor: Catherine Bluwal

Costumes: Claire Belloc

Lumières : Marie-Hélène Pinon

Son : Michel Winogradoff

Studio Comédie des Champs Elysées

15 avenue Montaigne

75008 Paris

Réservations : 01 53 23 99 19

www.comediedeschampselysees.com

du mardi au samedi à 21h00. Dimanche à 16h30.

 

 

 

Laurent Schteiner