Articles

Marzïa

Par Audrey Jean, le 11 avril 2012 — 2 minutes de lecture

« En portugais, il existe un mot qui exprime à lui seul la richesse et la complexité de toutes les sensations que l’on ressent quand on se tient face à la mer: la couleur de l’eau, sa transparence, le roulement des vagues (…) le goût du sel sur nos lèvres, les embruns, le vent dans nos cheveux, sa fraîcheur sur notre peau, la chaleur du soleil sur notre visage (…) les cris des mouettes, les puces de mer dans le sable, etc. Ce mot c’est maresia. Que l’on prononce marzïa. »


C’est sur ces mots que Karin Serres nous invite à découvrir un univers empreint de nostalgie et de rêverie dans « Marzïa » publié aux éditions Théâtrales. Ce texte entraîne le lecteur dans un voyage mélancolique au sein du décor désuet de l’Etoile du Sud.
Marcia et son compagnon Nuno le poète gèrent cet hôtel désaffecté au bout du quai. En face : L’océan et le reste du monde. Ils attendent inexorablement les touristes qui bouleverseront leur quotidien endormi. Mais seul un bac invisible accoste, un bac qui n’amène sur le quai que des clients imaginaires.


Entre fantasme et réalité, Karin Serres réussit surtout le pari d’ancrer le lecteur dans une atmosphère, des sensations qui font résonner en chacun ses souvenirs d’océan. L’univers poétique et plein d’espoir de ce quai désert est parfaitement retranscrit dans ce texte fort où la forme est totalement libre. Luis le fils du couple et Alvaro son meilleur ami incarnent tour à tour les personnages fictifs qui descendent du bac, tel un jeu de rôles pour tromper leur ennui. L’attente laisse alors place à la résignation et les fantômes peuplent la vie triste des habitants du quai.

Un auteur à découvrir !

Audrey Jean


« Marzïa » de Karin Serres

ISBN 978 2 84260 467 7
13€

éditions Théâtrales

20 rue Voltaire
93100 Montreuil

www.editionstheatrales.fr

Audrey Jean