Articles

Medealand

Par Laurent Schteiner, le 27 décembre 2011 — 2 minutes de lecture

Sara Stridsberg revisite cette tragédie universelle en plantant un décor désincarné qui rappelle des séquences de film où une chape de plomb glaciale écrase les protagonistes de cette pièce. Le climat, qui y règne, accentue cette impression intense de malaise et donne davantage de puissance à l’œuvre car elle l’ancre dans  la vie moderne.

 

Cet anachronisme séduisant conduit l’auteur à une adaptation originale de cette pièce. Avec pour seul paradoxe à cet univers froid et blanc la volonté désespérée de Médée de ne pas faire mourir son histoire d’amour avec Jason. Son ultime tentative afin d’éviter l’inévitable la mène aux portes de la folie. Malgré un destin contraire, elle s’attache à rassembler les lambeaux épars d’une passion consumée et désormais morte.

 

La modernité évoquée dans cette pièce se retrouve dans son style mais également dans les caractères très marqués des personnages. Médée, aux portes des urgences puis en soins psychiatriques, donne une identité et une compréhension aux événements tragiques en préparation. La vraisemblance de ses actes, qui en découle, donne davantage de force à la folie et la cruauté engendrées par les noirs desseins de Médée.

 

L’interprétation nouvelle de cette pièce frappe par la fulgurance de cette remarquable déclinaison.

 

Laurent Schteiner

 

Medeealand de Sara Stridsberg

13 €

ISBN : 978-2-85181-770-9

 

L’Arche-Editeur

86 rue Bonaparte

75006 Paris

www.arche-editeur.com

Laurent Schteiner