Théâtre

Roméo et Juliette

Par Laurent Schteiner, le 24 septembre 2011 — 3 minutes de lecture

C’est avec une certaine impatience que l’on attendait ce chef d’œuvre de Shakespeare mis en scène par Olivier PY à l’Odéon. La couleur choisie par Olivier PY dans sa mise en scène s’apparente davantage au jeu de l’ambivalence. L’humour  introduit dans cette pièce tragique interpelle le public par son originalité. S’il s’avère séduisant au début, il finit par devenir inopportun à certains moments et affaiblir la force de l’œuvre. Le rendu, malgré le jeu très précis des comédiens, assure un résultat mitigé.

 

Olivier Py a choisi de mélanger les genres en intégrant une ambivalence à tous les niveaux tant dans le domaine de la mise en scène que de la scénographie. Cette ambigüité suscitée est flagrante lorsque Roméo affiche son homosexualité avec Mercutio. L’idée de présenter un Roméo aux accents homosexuels, manifestant un amour passionné pour Juliette, interroge la problématique de cette tragédie.

 

De plus, les blagues salaces qui fusent sont parfois dignes d’une chambrée de corps de garde, et tranchent avec l’univers tragique de la pièce. Ces scènes inédites et répétitives grossissent un trait humoristique qui perd toute sa saveur. La musique trop souvent présente (un piano sur scène) devient un élément convenu, dissipant l’effet de surprise.

 

Olivier Py a joué également avec les codes et les couleurs. Les lumières froides de fond de scène attestent du drame qui se noue alors que les lumières chaudes de la loge du devant de scène rappellent les doutes de Roméo. Les métaphores sont colorées : du blanc de la farine mortuaire jetée à la tête des protagonistes en fin du spectacle au rouge du rideau qui symbolise tantôt l’amour tantôt la mort.

 

Matthieu Dessertine apporte à son personnage une dimension qui nous fait vibrer de bout en bout. Hélas, Camille Cobbi ne parvient pas à nous transmettre ces mêmes émotions. Philippe Girard, Mireille Herbstmeyer et Fréderic Giroutru développent un jeu sincère appuyé par une forte présence scénique.

 

Le parti pris d’Olivier Py en marginalisant les codes du romantisme propres à cette tragédie, a voulu présenter cette œuvre sous un regard particulier. Malheureusement cette adaptation, en s’appesantissant de façon répétitive sur des effets parfois convenus, a affaibli l’esprit même de la pièce. On s’interroge sur l’intérêt même d’une telle adaptation.

 

Laurent Schteiner.

 

Roméo et Juliette de William Shakespeare

Mise en scène d’Olivier Py

 

avec

Olivier Balazuc (Capulet), Camille Cobbi (Juliette), Matthieu Dessertine (Roméo), Quentin Faure (Tybalt), Philippe Girard (Frère Laurent), Frédéric Giroutru (Mercutio), Mireille Herbstmeyer (la nourrice), Benjamin Lavernhe (Benvolio) et Barthélémy Méridjen (le Prince)

crédits photo : Alain Fonteray

Théâtre de l’Odéon

Place de l’Odéon

75006 Paris

loca : 01 44 85 40 40

du 21 sept au 29 oct 2011

du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 15h

www.theatre-odeon.eu

Laurent Schteiner