Articles

Sous ma peau

Par Laurent Schteiner, le 11 mai 2012 — 3 minutes de lecture

Le Lucernaire nous propose actuellement une très belle création de Geneviève de Kermabon qui nous présente le désir à travers  une galerie de portraits attachants. Le riche univers de Geneviève de Kermabon se retrouve dans sa mise en scène où le cirque fait bon ménage avec le cabaret. Quoi de plus approprié que de présenter le sexe à travers des sous-jacents festifs propres à explorer l’amour et le monde des fantasmes ? Cette traduction sensible et jamais vulgaire prend à contre-pied tous les clichés du genre et propose un spectacle de grande qualité.

 

Geneviève de Kermabon, qui a signé cette belle mise en scène, affiche pour la circonstance un personnage aux multiples visages. Sa personnalité solaire nous entraine dans le monde du cirque où ses qualités de trapéziste et d’acrobate s’exercent avec grâce. Elles s’accordent pour nous amener dans un monde où la poésie et l’humour abordent la fascination du sexe. La sexualité, cette chose si simple et compliquée à la fois.

 

 Geneviève de Kermabon choisit ensuite de la décliner à travers le cabaret, où muni de pantins, elle nous suggère la sensualité, l’érotisme et la volupté. La finesse de jeu qu’elle entretient avec ses pantomimes décrit le propos de la pièce avec subtilité.

 

Cette pièce, créée à partir d’interviews et de fragments de récits de Grisélidis Réal, artiste et prostituée suisse, nous convie dans les arcanes du désir et des problématiques existentielles qui en découlent.

 

A qui avouer qu’elle hésite à sortir le soir avec son amant parce qu’elle sait qu’en rentrant, elle aura droit à une gâterie qui gâte tout ?

Suis-je normale et où se trouve son désir à elle ?

Il pratique la liberté sexuelle. Elle voudrait bien essayer mais pourquoi n’arrive-t-elle pas à franchir le pas ?

Si on n’affronte pas le sexe, on ne connait rien à rien à la vie ! Une relation sexuelle tarifée est-elle plus simple dans la mesure où l’on n’est pas embarrassée par son sentiment à l’autre et l’image de soi…

 

Genenvieve de Kermabon nous propose un personnage aux multiples facettes car le sexe, élément le plus basique de notre existence, ne se donne pas aussi facilement, tant ce qu’il engage, crée en nous des conséquences aux ramifications qui peuvent s’avérer des plus complexes.  C’est pourquoi, l’auteur et interprète s’interroge avec humour tout au long de cette pièce sur son caractère supposé primitif.

 

Laurent Schteiner

 

Sous ma peau de et avec Geneviève de Kermabon

Création de Geneviève de Kermabon

Lumière : Pascal Sautelet

Musique : Jean-Marie Sénia

Crédits photos : Saïd Taftaf

 

Lucernaire

53 rue ND des champs

75006 Paris

Résa : 01 45 44 57 34

www.lucernaire.fr

du mardi au samedi à 21h30 et les dimanches à 15h00 jusqu’au 17 juin

 

Laurent Schteiner