Théâtrothèque

Têtes rondes et têtes pointues

Par Laurent Schteiner, le 7 novembre 2011 — 2 minutes de lecture

 

Bertolt Brecht, ce monument du théâtre allemand s’est récemment vu publié chez l’Arche-Editeur au travers d’une pièce étonnante qui retrace la mise en place d’une société totalitaire complètement incongrue. Cette approche originale dénonce les dictatures quelles qu’elles soient, de gauche ou de droite.

 

Bertolt Brecht met en scène l’avènement d’un leader charismatique Iberin qui préconise la main mise d’une partie de la population les Tchouches, bien connus pour leurs têtes rondes (bien faites) contre les Tchiches, les tenants des têtes pointues. Mis en place par Le Vice-chancelier, Iberin ne sera que l’instrument de sa politique de haine et d’oppression. Les deux franges de la population se déchirent depuis toujours. Mais le parti ouvrier dont le symbole représente une grande faucille menace de détruire l’ordre établi. Les Tchiches ont des caractéristiques physiques telles qu’elles sont une source de rejet par les Tchouches. Mais le grand ennemi est représenté par l’ensemble des métayers dont le symbole est la faucille.  

 

D’une approche essentiellement didactique, cette pièce écrite en 1933 traduit par son style, la montée du nazisme et souligne le caractère visionnaire de son auteur. La plume de Bertolt Brecht met en perspective le théâtre épique dont il est un des artisans de ce courant. Fondé en réaction contre le théâtre de Stanilavsli et les théâtres populaires, le théâtre épique s’inspire davantage d’une forme plus dialectique, plus proche du foyer social et politique.

 

Laurent Schteiner

 

Têtes rondes et têtes pointues  (ou un conte d’horreur) de Bertolt Brecht

 

Editions L’Arche-Editeur

86 rue Bonaparte

75006 Paris

Prix : 13 €

www.arche-editeur.com

Laurent Schteiner