Articles

Theatre : A tort et à raison de Ronald Harwood

Par Laurent Schteiner, le 23 février 2013 — a torts et a raison, guerre, herbert von karajan, hitler, nuremberg, odile roire, ronald harwood, theatre rive gauche, Wilhelm Furtwängler — 3 minutes de lecture

Après le Journal d’Anne Franck et  Billie Holiday, deux magnifiques succès, le théâtre Rive Gauche nous gratifie d’un spectacle de toute beauté A tort et à raison de Ronald Harwood et mis en scène par Odile Roire. Ce spectacle d’une rare intelligence nous guide dans la période trouble de l’après-guerre. Un voyage qui nous conduit au cœur de nous-mêmes révélant les failles de l’âme humaine. Un spectacle à découvrir de toute urgence !

 

Cette pièce se situe à Berlin en 1946  à l’heure où les procès de Nuremberg enflamment l’actualité. C’est en zone américaine que va se dérouler ce huis clos qui va opposer le commandant Steve Arnold et le chef d’orchestre favori d’Hitler, Wilhelm Furtwängler. L’affrontement de ces deux hommes assis sur leurs convictions nous laisse entrevoir un entrelacs de contradictions qui balaye nos idées reçues sur le sujet. Le débat suscité par ce spectacle se poursuit bien au-delà sur le bien-fondé des certitudes face à l’occupant nazi. Ce questionnement  sur une vérité aux multiples visages autour des problématiques touchant à l’humanité et à la liberté apporte une profondeur supplémentaire à ce spectacle.

A torts

Au-delà de la gravité du thème de la pièce, Ronald Harwood y nourrit  un  humour propre à détendre la tension qui se noue autour de ce huis clos. Mais l’auteur nous chahute et à l’instar de ces personnages, nous plonge au cœur même de nos propres contradictions mettant à mal nos certitudes. Héroïsme ou lâcheté, petits arrangements avec sa conscience ou réelle conviction ? C’est au nom des valeurs d’humanité que l’on finit par se secouer et s’extraire d’une gangue qui nous emprisonne dans de faux-semblants discutables. Mais Ronald Harwood en mettant en présence deux générations d’allemands interroge également  le présent et l’avenir et anticipe la reconstruction future de l’Allemagne. A ce titre, cette pièce fait œuvre de qualité en s’ouvrant sur l’avenir.

 

La mise en scène d’Odile Roire est magistrale. Elle insuffle un rythme à la pièce de nature à plonger le public au cœur l’action de ce huis clos. Les transitions inspirées côté cour articulent avec fluidité ce spectacle. A noter la forte présence scénique des comédiens à commencer par Francis Lombrail et Jean-Pol Dubois. Saluons la performance de Jean-Pol Dubois qui allie un faisceau complexe de sentiments avec une extrême finesse. Guillaume Bienvenu, Thomas Cousseau et Jeanne Cremer ont un rôle éminemment déterminant dans ce bel édifice. Ce spectacle, on l’aura compris, est un vrai bijou.

 

Laurent Schteiner

A torts et à raison de Ronald Harwood

Traduction française : Dominique Hollier
Mise en scène d’Odile Roire

Avec Jean-Pol Dubois, Francis Lombrail, Jeanne Cremer, Thomas Cousseau et Guillaume Bienvenu

Costumes : Sylvie Pensa
Lumières : Jérôme Almeras
Son : Alexandre Lessertisseur

 

Théâtre Rive Gauche
6 rue de la Gaité
75006 Paris

Location : 01 43 35 32 31
www.theatre-rive-gauche.com

CLOTURE JEU CONCOURS

 
2  INVITATIONS A GAGNER POUR CE SPECTACLE SI VOUS REPONDEZ CORRECTEMENT AUX 2 QUESTIONS SUIVANTES  :
QUELLE COMEDIENNE INCARNE ANNE FRANK DANS « LE JOURNAL D’ANNE FRANK  » AU THEATRE RIVE GAUCHE ?
QUI A INTERPRETE LA CHANSON « BLUE MOON » ?
Merci d’utiliser la page contact du site pour gagner ces places. 
Nous traiterons les bonnes réponses par ordre d’arrivée.
 
 
 

Laurent Schteiner