Articles

Théâtre : "Aliénor exagère" de Laurent Rogero

Par Laurent Schteiner, le 26 février 2017 — aliénor exagère, laurent rogero — 4 minutes de lecture

 « J’me coucherai moins bête ce soir ! ». Tout le monde connaît cette expression populaire qui marque une petite victoire personnelle quand on vient d’apprendre quelque chose de nouveau. Pour ceux qui étaient à Cenon à la représentation d’ « Aliénor exagère »  doivent ressentir cela pour plusieurs jours ! Si vous souhaitez en apprendre un peu plus sur l’histoire de France ET ne pas ouvrir un livre soporifique … il y a des solutions ! Laurent Rogero a écrit un texte formidable, d’une érudition et d’une précision époustouflantes tout en passant un moment extraordinaire de rire impossible à contenir !

En effet, Laurent Rogero a concocté une conférence-spectacle où trois comédiens-historiens offrent à leur audience une conférence sur Aliénor d’Aquitaine. Bon. Sujet sérieux. Conférenciers sérieux. Dispositif scénique on ne peut plus sérieux : une grande table avec bouteilles d’eau pour les conférenciers, quelques notes et ouvrages sagement rangés dessus. Conférenciers assis derrière. On a face à nous une femme et deux hommes. Passionnés par leur sujet. Connaissant l’Histoire médiévale et des anecdotes sur le bout des doigts. Prêts à vous en apprendre un maximum et à montrer qu’ils en savent plus que leurs collègues, surtout ! Et là… nos conférenciers s’interrompent, se coupent, se reprennent, se contredisent dans certaines théories personnelles qu’ils osent délivrer, s’énervent, se chamaillent, se chicanent, s’emportent et perdent tout sang-froid tant la figure d’Aliénor fascine et échappe.

Chaque conférencier y va de son interprétation sur le destin de cette royale duchesse (et ce, dès le départ : en quelle année est-elle née précisément ? 1122 ? 1124 ?) -en projetant complètement ce qu’il est -ou ce qui le tourmente très certainement dans sa vie personnelle sur le moment- pour défendre ou juger Aliénor. En effet, était-elle une figure de féminisme ? D’amour ? Etait-elle une frivole haineuse envers son premier mari le roi Louis VII qu’elle a sciemment fait cocu ? On peut tout interpréter de ses actes : quatre-vingt années de vie (à deux ans près, donc…), son règne sur les royaumes de France puis d’Angleterre, ses deux mariages (le premier d’avec le roi de France s’est terminé avec un divorce, son second époux, Henri Plantagenêt,  deviendra roi d’Angleterre) ses onze enfants (dont trois garçons qui règneront : Richard cœur de Lion, Jean sans Terre et Henri le Jeune grâce à ses interventions de grande politicienne) en font une femme qui suscite « forcément » des commérages. Et ce qui est extraordinaire, c’est qu’on ne s’écarte jamais réellement du sujet malgré les débordements des conférenciers ! On transmet aux spectateurs une somme colossale de détails, d’informations véridiques sur des faits historiques. On est réellement à la frontière entre la véritable conférence et le spectacle. Les comédiens – historiens sont formidables de vie, d’énergie, d’écoute, de rebondissements, jamais ils ne disent rien d’eux mais leur interprétation des actes d’Aliénor et leur emportement parlent d’eux, transpirent d’eux ! C’est d’une finesse remarquable et ce décalage est réellement drôle. Embarqués dans l’Histoire ils se prêtent à un jeu de rôle avec décor en cartons et figurines reproduisant les personnages, et l’espace d’un instant les voilà nous reconstituant une bataille sanglante et fratricide. A ce moment-là, on voit trois grands enfants jouant et ne se contrôlant plus, c’est hilarant !

Cette mise en scène pourtant si simple offre un objet théâtral exceptionnel de rire, de vie, de bonheur tout en ayant appris ou revu tellement de choses sur l’Histoire de France et de l’Angleterre. Et c’est une certitude : ce passage par le rire et donc par le corps fait qu’on retient infiniment plus de choses qu’en ayant glané ces informations dans un livre ou sur un banc d’école. Et c’est un fait encore : malgré tout ce qu’on a appris, Aliénor d’Aquitaine restera à tout jamais une femme de tête et de cœur, une politicienne hors pair, une femme cultivée qui a défendu les Arts et… un mystère.

Anna Yorka
 
Aliénor exagère de Laurent ROGERO
Mise en scène Laurent ROGERO
Avec : Solène ARBEL, Limengo BENANO-MELLY et Hadrien ROUCHARD
Durée : 1h30
Spectacle vu à l’espace Simone Signoret à Cenon (33)
Prochaines dates Le mercredi 8 mars 2017 à Dax (40)
Réservation au 05 58 74 72 89

Laurent Schteiner