Articles

Theatre : Andromaque

Par Audrey Jean, le 6 février 2013 — andromaque, Comédie Française, eric ruf, Léonie Simaga, Muriel Mayette, racine, salle richelieu, Stéphane Varupenne, tragédie — 3 minutes de lecture

En ce début d’année 2013, la Comédie fraçaise programme également la reprise d’ « Andromaque » dans la mise en scène de Muriel Mayette. Cette adaptation totalement soumise à la langue de Racine met en exergue le talent de certains sociétaires comme Eric Ruf, Stéphane Varupenne ou encore la jeune Léonie Simaga. Les codes de la tragédie sont ici respectés à la lettre dans une mise en scène froide où la sonorité du vers prime sur les émotions.

 

Hermione, fille d’Hélène et Ménélas est venue de Sparte pour épouser Pyrrhus. Mais ce dernier est fou amoureux de sa captive Andromaque, la veuve d’Hector. Oreste arrive en Epire pour réclamer le sacrifice du fils d’Andromaque perçu par les Grecs comme une menace. Il tente du même coup de conquérir Hermione pour la forcer à fuir Pyrrhus qui la dédaigne.

« Pyrrhus : Je meurs si je vous perds, mais je meurs si j’attends. »

 

"Andromaque" mis en scène par Muriel Mayette à la Comédie Française198972-andromaque-une-jpg_95308

 

 

 

Classique parmi les classiques, « Andromaque » est une histoire de la souffrance, une lutte éperdue des corps pour rester debout. Tout y est excessif, les personnages sont plongés dans des abîmes de douleur où aucune issue, aucune conciliation n’est possible. On sait d’avance que tout finira dans le sang.

Si le vers racinien est ici déclamé à la perfection par les brillants sociétaires du Français, on regrettera toutefois l’absence de la passion dans cette mise en scène épurée de Muriel Mayette. Les corps semblent parfois figés, trop orgueilleux. Ils dansent un étrange ballet, se tournant le dos et ne s’adressant pas assez ce si beau texte. Certes le parti pris est intéressant et fait ressortir par moments la puissance du texte de Racine mais certaines tirades mériteraient plus de fougue et de lâcher prise.

La scénographie est totalement en accord avec ce choix de mise en scène, de grandes colonnes meublent le plateau éclairé par des lumières froides. Les teintes claires des costumes sont en parfaite harmonie avec les grands voilages du décor. Les mouvements du vent dans ses voiles et dans les vêtements des comédiens confèrent à l’ensemble une belle esthétique. Eric Ruf et Stéphane Varupenne, également à l’affiche de « Troïlus et Cressida » en ce moment, font une nouvelle fois une remarquable prestation. On découvre également Léonie Simaga qui fournit un très beau travail autour du personnage d’Hermione faisant preuve de beaucoup de sensibilité et de nuances.

 

Audrey Jean

 

« Andromaque » de Jean Racine
Mise en scène de Muriel Mayette

Scénographie et lumières : Yves Bernard
Costumes : Virginie Merlin

Avec: Cécile Brune, Eric Ruf, Alain Lenglet, Céline Samie, Elsa Lepoivre, Léonie Simaga, Clément Hervieu-Léger, et Stéphane Varupenne

 

Comédie Française

Place Colette
75001 Paris  

www.comedie-francaise.fr

Audrey Jean