Articles

Théâtre : « Bagarre » de Karin Serres – m.e.s d’Annabelle Sergent

Par Laurent Schteiner, le 15 avril 2021 — annabelle sergent, baggarre, karin serres — 3 minutes de lecture

Karin Serres vient de signer un nouveau texte, Bagarre dans sa fructueuse collaboration avec Annabelle Sergent. Ce spectacle jeune public, récemment présenté, constitue le parcours initiatique d’une jeune fille dans une famille pas comme les autres. Ce spectacle, attachant à bien des égards, est mâtinée d’onirisme et de profonde tendresse.

Il y a des mots qui ne vont guère ensemble dans le vocabulaire commun : fille et bagarre. Et pourtant… C’est bien de cela dont il est question dans ce joli texte de Karin Serres servi par la mise en scène bien rodée d’Annabelle Sergent. Bagarre ou l’histoire de Mouche constitue le 2e opus après Titus. Prochainement, Tata Moisie parachèvera la trilogie de Karin Serres.

Titus, frère de Mouche découvre dans la rue un vieux punching-ball et de vieux gants rouges. Aussitôt vus, aussitôt pris et rapportés dans sa famille composée de Mouche, Titus et Tata Moisie. Profitant de l’absence de Titus, Mouche essaye les gants « rouges, rouges, rond, un peu pliés comme s’il y avait encore des mains dedans. Ils sont magnifiques ces gants rouges ». Elle commence à taper dans le punching-ball. Puis la magie s’opère et Mouche prend confiance dans ce sport qui devient une passion qui la déborde au grand désarroi de Titus. En marge de son activité, la vie de Mouche obéit à un rituel nocturne, celui du comptage des mouches pour elle (évidemment) et des oiseaux pour Titus sous la férule de Tata Moisie qui l’orchestre avec maestria…

Karin Serres nous entraine dans un monde où la part d’onirisme prend le pas sur la réalité. Mouche aime la bagarre et taper dans ce King-ball. « Paf, paf, paf. Ca me roule dans les épaules. Ca me donne des forces. Ca me fait chaud au cœur, ca me transpire aux mains mais je ne veux pas m’arrêter, c’est trop bien. »

Mouche virevolte sur scène à la façon d’une boxeuse sur un ring enchainant des pas chorégraphiés. Ses  chorégraphies traduisent les soubresauts d’une adolescence qui désire plus que tout grandir. A travers ce parcours initiatique d’une jeune fille, Karin Serres apporte un souffle de poésie dans une réalité abrupte où la violence des jeunes s’affirme parfois comme le seul élément de communication à leur disposition. Annabelle Sergent use des registres originaux nourrissant le personnage de Mouche et la guidant vers sa nécessaire chrysalide.

Laurent Schteiner

Bagarre de Karin Serres
Mise en scène de Annabelle Sergent

avec Tamaïti Torlasco

  • Création lumière : François Poppe 
  • Création sonore : Oodithe (Régis Raimbault et Jeannick Launay)
  • Regard chorégraphique : Bastien Lefèvre
  • Regard scénographique : Olivier Droux
  • Conseiller technique à la scénographie : Pierre Airault
  • Costumes : Anne Claire Ricordeau
  • Régie générale : Régis Raimbault
  • © Sébastien Pasquier

 

Laurent Schteiner

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.