Articles

Théâtre : « Beaucoup de bruit pour rien » d’après William Shakespeare

Par Laurent Schteiner, le 16 octobre 2021 — beaucoup de bruit pour rien, Maïa Sandoz, Paul Moulin, Shakespeare, Théâtre 71 — 3 minutes de lecture

Maïa Sandoz et Paul Moulin nous ont récemment présenté au Théâtre 71, Beaucoup de bruit pour rien de William Shakespeare. Laissant libre court à leur imagination, Maïa Sandoz et Paul Moulin nous ont offert un spectacle délirant à plus d’un titre. Cette adaptation shakespearienne à l’humour ravageur, loin des traductions classiques, s’avère être un vrai bonheur.

Jeu de miroirs et jeux d’ambiguïtés, ce spectacle où les manipulations diverses engendrent moultes pièges et autres chausse-trappe  est avant tout une comédie joyeuse. Le prince Don Pedro de retour victorieux de guerre s’en revient à Messine. Il vient assister au mariage de Claudio et Héro. Le frère bâtard de Don Pedro, Jean prépare aux infortunés promis un piège diabolique. Fourbe et mélancolique et quelque peu désabusé, il chasse le temps en fomentant des querelles. Parallèlement, les autres invités tentent de rapprocher les amours de Béatrice et Benedict qui s’opposent vigoureusement à l’hymen, mais qui ne manquent pas de tomber dans ses filets. Ce jeu de pistes aux couleurs de la comédie italienne s’achèvera sous les meilleurs hospices.

Brassant le jeu dans le public et brisant le quatrième mur, les comédiens enlèvent cette comédie en apportant des notes actuelles à ce spectacle. Musique, contre-pieds, postures et phrasés classiques ou non, cette comédie burlesque devient complètement folle. Les trouvailles de mise en scène se succèdent à vive allure et l’on se prend à vivre dans ce tourbillon délirant jusqu’à la fin de la pièce qui se termine dans la douceur d’une chanson à cappella. La mise en scène est réglée au cordeau malgré les apparences trompeuses. Le rythme effréné de cette comédie permet une déclinaison complète des ressorts de la comédie italienne (clown, masque) en passant par les éléments classiques liés à la dramaturgie et à la comédie. Saluons enfin le travail de ces comédiens, pétris de talents, qui ont su dynamiser avec éclat ce très beau spectacle.

Laurent Schteiner

Beaucoup de bruit pour rien de William  Shakespeare
Traduction-adaptation : Clémence Barbier, Paul Moulin
, Maïa Sandoz, Paolo Sandoz
Mise en scène : Maïa Sandoz et Paul Moulin

Distribution : Serge Biavan, Maxime Coggio, Christophe Danvin, Mathilde-Edith Mennetrier ou Elsa Verdon (rôle de Borachio), Gilles Nicolas, Paul Moulin, Soulaymane Rkiba, Aurélie Vérillon, Mélissa Zehner et Elsa Verdon

Comédien.ne.s L.S.F : Aurore Corominas et Patrick Gache 

  • Assistante à la mise en scène : Clémence Barbier
  • Création lumière : Bruno Brinas
  • Création sonore et musicale : Christophe Danvin
  • Mise en espace sonore : Jean-François Domingues et Samuel Mazzoti
  • Coach vocal : Sinan Bertrand
  • Scénographie et costumes : Catherine Cosme
  • Collaboration chorégraphique : Gilles Nicolas, assisté de Stan Weiszer
  • Collaboration artistique : Guillaume Moitessier
  • Régie générale : David Ferré
  • Régie plateau : Paolo Sandoz

Dates et lieux :

20-21 octobre 2021 — L’Azimut – Antony/Châtenay-Malabry
23 novembre 2021 — Les 3T, Châtellerault
4 mars 2022 — La Faïencerie, Creil
Du 25 au 27 mars 2022 — La Ferme du Buisson, Noisiel
31 mai 2022 — Théâtre des Deux Rives, Charenton-le-Pont

Laurent Schteiner

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.