Articles

Théâtre : Hamlet ou la métaphore de la dualité

Par Laurent Schteiner, le 22 novembre 2014 — daniel mesguish, hamlet, Shakespeare, theatre de l'epee de bois — 3 minutes de lecture

Daniel Mesguich dit revenir incessamment et régulièrement à Hamlet. Son travail est « hanté » par cette pièce, et quand on voit ce spectacle, on se dit qu’en effet il est à la fois miroir et métaphore du théâtre…

Hamlet émerveille, fascine, interroge, trouble. Toute l’intensité et l’étrangeté de la situation d’Hamlet qui semble s’enfoncer dans les méandres de la folie, sont ici représentées dans un spectacle magnifique.

Hamlet1

Les comédiens sont dirigés avec une précision digne d’une partition dans le couloir de la folie et de la mort. Mais c’est un jeu duquel on ne sort pas toujours gagnant. Hamlet fait tomber les masques des personnes de son entourage, il dérange, gêne, de plus en plus… Surtout ceux qui se savent en danger par les révélations qu’il dévoile ouvertement et non sans humour sous les traits d’un fou. Et se faire des ennemis entraîne le pire.

Hamlet est la métaphore de la dualité : tous les personnages sont doubles ou jouent à l’être. Et ceux qui sont le moins doubles (entendons dans le sens d’honnête) sont finalement les personnages les plus fragiles et qui en perdent la raison, comme Ophélie ou Hamlet dont de véritables doubles matérialisent leur folie.

Hamlet2

Et la dualité ou le jeu du double renvoie au théâtre : cette mise en abyme est parfaitement illustrée avec la scène des comédiens, qui « cassent » l’illusion théâtrale et nous rappelle que ce n’est qu’un jeu, le jeu de la vie sans doute. La théâtralité est donc très présente, et pourtant, de l’autre côté du miroir, on croirait tellement la « vraie » vie… Voilà pourquoi Hamlet est si présent, si précieux, et Daniel Mesguich l’a merveilleusement rappelé.

Anna Yorka

 
HAMLET de: William Shakespeare
Mise en scène et traduction et adaptation : Daniel Mesguich
Assistante à la mise en scène : Sarah Gabrielle
Compagnie Miroir et Métaphore
Avec : William Mesguich, Anne de Broca, Philippe Maymat, Sarah Gabrielle, Laurent Montel (en alternance avec Zbigniew Horoks), Rebecca Stella, Yan Richard, Eric Bergeonneau, Marie Frémont, Florent Ferrier, Tristan Willmott, Joëlle Lüthi
Copyright BM Palazon

  • Régie générale et lumières : Mathieu Courtaillier
  • Régie lumières : Angélique Bourcet
  • Régie son : Franck Berthoux, Tristan Mengin
  • Régie plateau : Angéline Croissant
  • Maquillage : Eva Bouillaut

 
Théâtre de l’Epée de Bois, La Cartoucherie, route du Champ de Manœuvre, 75012 PARIS
Du 4 au 30 novembre, du mardi au samedi 20h30 et le dimanche à 16H
Réservations : 01 48 08 39 74 / www.epeedebois.com
Durée 3h avec entracte.

Laurent Schteiner