Articles

Théâtre : Je marche dans la nuit par un chemin mauvais d'Ahmed Madani

Par Laurent Schteiner, le 17 mars 2014 — Ahmed Madani, Théatre de la tempête — 3 minutes de lecture


Ahmed Madani a écrit une magnifique histoire sur la transmission. Une histoire pour ne pas oublier. Une histoire faite de bribes d’histoire. Construire une pièce basée sur une vérité qui s’efface au fil du temps appelle un travail de l’imaginaire comme le dit si bien Ahmed Madani. Et l’éclosion de ce projet nous restitue une pièce forte et belle Je marche dans la nuit par un chemin mauvais qu’Ahmed Madani a choisi de mettre en scène avec brio au Théâtre de la Tempête.

Un ado, Gus, qui devient ingérable pour ses parents est envoyé en pension chez son grand-père paternel à Argentan. La vie chez Pierre, le grand-père ne ressemble en rien à ce qu’il a toujours connu : pas de télé, pas d’internet, ni de consoles vidéos. L’enfer se dessine pour Gus avec pour seul horizon un jardin à débroussailler et une vieille faux. Le conflit de générations s’installe logiquement. Et chacun va apprendre à vivre avec l’autre et à s’apprécier. Le passé traumatisant de Pierre remonte à la surface avec notamment la guerre d’Algérie. Une guerre dont il n’est pas ressorti indemne. Gus partage de son côté avec Pierre les problèmes de l’adolescence, ses désirs et ses frustrations.

Visuel 3 © François louis Athenas

L’écriture d’Ahmed Madani prend à témoin par moment le lecteur par la voix de ses personnages qui se racontent. Les deux interprètes Vincent Dedienne et Yves Graffey sont étonnants d’authenticité. Leurs personnages nous bouleversent d’autant que la narration directement s’adresse au public. Ahmed Madani s’amuse avec le temps à mélanger les instants de vie contant l’histoire dans un futur paradoxalement limité dans le temps. Ce tour de passe-passe est déconcertant et plaisant à la fois. Si la vie révèle parfois des zones d’ombres, il y a parfois aussi bien heureusement des zones de bonheur. Accepter le passif d’un héritage peut conduire dans certains cas à se déterminer. Un très beau spectacle proposé à la Tempête à ne pas manquer!

Laurent Schteiner

Je marche dans la nuit par un chemin mauvais d’Ahmed Madani

 Mise en scène d’Ahmed Madani

 Avec Yves Graffey et Vincent Dedienne

  • Scénographie : Raymond Sarti
  • Lumières : Damien Klein
  • Création sonore : Christophe Séchet
  • Création vidéo : Nicolas Clauss
  • Costumes : Karen Serreau© François Louis Athenas

Théâtre de la Tempête
Cartoucherie, Route du Champ de manœuvre, 75012 Paris

Location : 01 43 28 36 36

 www.la-tempete.fr

Jusqu’au 13 avril 2014 du mardi au samedi à 20h30, le dimanche à 16h30

Le texte est disponible chez Actes-Sud Papiers :

Madani

www.actes-sud.fr

Laurent Schteiner