Articles

Théâtre : Knock de Jules Romains

Par Laurent Schteiner, le 19 février 2014 — jules romains, knock, theatre de l'epee de bois — 3 minutes de lecture


Au théâtre de l’Epée de bois, la Compagnie du Berger s’approprie brillamment la pièce de Jules Romains, Knock ou le triomphe de la médecine. La troupe de comédiens survitaminés  « réanime » remarquablement ce classique popularisé par Louis Jouvet. Jubilatoire et décalé, le spectacle nous donnerait presque envie de lâcher nos précieux antidépresseurs. A prescrire d’urgence sans contre-indication !

Le docteur Parpalaid décide de vendre son cabinet de Saint-Maurice afin de s’installer avec sa femme dans une plus grande ville. Il pense tromper son jeune confrère le médecin Knock en lui cédant son cabinet trop peu consulté. Bien décidé à tourner cette situation désastreuse à son avantage, le Dr Knock met en pratique une méthode imparable en appliquant cet adage qu’il affectionne tant : « un bien portant est un malade qui s’ignore ». Son succès est phénoménal, et Knock qui a su fédérer les habitants de St Maurice, réussit à faire fortune. Trois mois après son arrivée, Knock reçoit la visite de Parpalaid et lui montre avec fierté un canton tout entier « imprégné de médecine ».

Knock

Si la dérision et l’humour dominent dans la lecture proposée par Olivier Mellor,  le metteur en scène et son équipe n’en oublient pas l’inquiétante étrangeté de la pièce voulue par Jules Romains.  Knock, aux allures de présidentiable, au verbe sonore et à la montre clinquante, s’abat sur la ville telle la grippe espagnole, sème la peur, puis récolte la monnaie. Olivier Mellor parvient à rendre le propos plus manifeste et dresse le portrait d’une société prête à avaler n’importe quelle ordonnance tant qu’elle est prescrite avec conviction. A l’ère de l’hyper-communication, il appuie là où ça fait mal sans se départir de cette légèreté qui donne au sujet toute sa profondeur. Il emprunte au burlesque son grandiloquent, sa gouaille et son pathétique, et agrémente joyeusement le spectacle de chansons douces-amères.  Pas une fausse note dans cette partition brillamment menée par une troupe de comédiens déjantés et décapants, on se laisse naturellement envoûter par ce Knock aux accents pop.

Sabrina Amghar

 

Knock ou le triomphe de la médecine de Jules Romains

Mise en scène : Olivier Mellor

Avec : Stephen Szekely, Rémi Pous, Jean-Christophe Binet, Vincent Tepernowski, Dominique Herbet, Valérie Jallais, Marie-Laure Boggio,Séverin Toskano Jeanniard, Christine Zef Moreau, Olivier Mellor

 Musiciens :  Séverin « Toskano » Jeanniard, Christine « Zef » Moreau, Olivier Mellor
Lumières : Benoît André
Son : Séverin Jeanniard, Christine Moreau
Scénographie : Valérie Jallais, Olivier Mellor, Benoît André
Décor : Olivier Briquet, Benoît André, Syd Etchetto, Greg Trovel
Costumes et maquillage : Hélène Falé
Régie plateau : Alexandrine Rollin, Greg Trovel
Cantine : Alex Douchet
Crédit photo : © Karine Thénard

 

Théâtre de l’Épée-de-Bois

Du 4 au 23 février 2014, du mardi au samedi à 20 h 30 et dimanche à 18 h
La Cartoucherie, route du Champ-de-Manœuvre • 75012 Paris
Réservations : 01 48 08 39 74

http://www.epeedebois.com/



 

Laurent Schteiner