Articles

Théâtre : "La Discrète amoureuse" un texte inédit en ce moment au Théâtre 13

Par Audrey Jean, le 9 mars 2015 — Benjamin Penamaria, Justine Heynemann, Lope de Vega, Théâtre 13, Thomas Soliveres — 4 minutes de lecture

Toute première traduction en France « La Discrète amoureuse » est une comédia truffée de nombreux rebondissements truculents qui vous entraine avec fougue au cœur de l’exotisme et de la sensualité espagnole, sous la plume facétieuse de Felix Lope de Vega. Menée tambour battant par une équipe d’acteurs dynamiques et talentueux, cette création mise en scène par Justine Heynemann est actuellement à découvrir au Théâtre 13 Seine. Tout y est réuni pour vous faire passer un moment délicieux, laissez vous tenter !

securedownload-2securedownload

Fénisa est amoureuse en secret de son voisin Lucindo or celui-ci est totalement subjugué par les charmes sulfureux de la belle danseuse Gérarda. Mais la discrète Fénisa a plus d’un tour dans son sac et saura trouver les moyens d’arriver à ses fins, même lorsque le capitaine Bernardo, père de Lucindo, vient bousculer ses plans avec une demande en mariage inattendue.

Contemporain de Shakespeare, Félix Lope de Vega ne démérite pas dans le registre de la modernité et de l’humour. « La Discrète amoureuse » se révèle être un terrain de jeu foisonnant et une partition de choix pour cette équipe bourrée d’énergie. Le texte, dans cette première traduction de Benjamin Penamaria, est véritablement jubilatoire et distille ça et là de véritables perles; l’action en elle-même semble inextricable tant les amours s’emmêlent et s’entrelacent au sein de cet imbroglio passionné. L’on ne se lasse pas une seconde de voir ces personnages hauts en couleurs se débattre dans ce joyeux capharnaüm. La mise en scène est à l’image du texte, vivante et d’une grande fraîcheur, Justine Heynemann s’amuse en effet autant que ses comédiens à faire cohabiter tradition et modernité. Laissant la part belle à la musique jouée en live et en folie par Pablo Penamaria et Florian Choquart, elle installe immédiatement un espace de jeu multiple, un plateau en mouvement permanent qui incarne d’entrée toute l’insolence du désir. La scénographie sobre mais inventive finalise l’esthétique de ce petit bijou, avec une mention spéciale pour la jolie trouvaille de la scène du pré.

Le Théâtre 13 reste fidèle avec ce spectacle à sa vocation de mise en lumière de jeunes équipes prometteuses. Ici associée à la découverte d’un auteur passionnant, la distribution s’avère être éclatante. Révélation incontestable de cette création Thomas Solivéres que l’on a récemment vu au cinéma nous prouve que l’on peut désormais compter sur lui au théâtre. Sur un plateau sa précision impressionne et son énergie est incroyable, seyant parfaitement au personnage entier et extravagant de Lucindo. Il forme avec la magnifique Anne-Clotilde Rampon un tandem follement séduisant que l’on adore voir se débattre avec les affres de l’amour. Le duo interprété par Françoise Thuries et Jean-Philippe Puymartin sait creuser avec brio l’écart entre jeunesse et maturité, offrant lui aussi des scènes d’anthologie. Enfin Eléonore Arnaud aussi drôle que sauvage laisse exploser pour notre plus grand bonheur la fureur de la femme jalouse tandis que Florian Choquart dépoussière la figure du valet. Saluons également une nouvelle fois la création musicale signée Pablo Penamaria, merveilleuse invitation au voyage qui ponctue l’intrigue d’intermèdes hilarants et souligne l’aspect burlesque de la mise en scène. Une course folle vers l’amour et pour nous le plaisir à l’état pur !

Audrey Jean

« La Discrète amoureuse » de Félix Lope de Vega
Mise en scène de Justine Heynemann assistée de Pauline Susini
Traduction Benjamin Penamaria

Avec Eleonore Arnaud, Florian Choquart, Pablo Penamaria, Jean-Philippe Puymartin, Anne-Clotilde Rampon, Thomas Solivéres et Françoise Thuries

Crédits photos Pauline Susini

Jusqu’au 12 Avril
Mardi, jeudi et samedi à 19H30
Mercredi et vendredi à 20H30
Dimanche à 15H30

Théâtre 13 Seine
30 rue du Chevaleret
75013 Paris

Audrey Jean