Articles

Théâtre : la schizophrénie jubilatoire des personnages de "Kvetch" au Rond-point

Par Audrey Jean, le 1 février 2016 — Kvetch, Sophie lecarpentier, theatre du rond point — 3 minutes de lecture

A partir du 2 Février la truculente pièce de Steven Berkoff « Kvetch » sera programmée au Théâtre du Rond-Point dans une mise en scène inventive signée Sophie Lecarpentier. Une comédie grinçante à souhait interprétée avec maestria par l’équipe artistique !

23938615750_6aae637d77_o23605973084_08f10ee8ba_o

« Donna (femme de Franck) : Il a honte. Je fais ce que je peux mais j’ai peur tout le temps… Qu’est-ce que son ami doit penser ? Est-ce que je transpire ? … Qu’est-ce que je vais dire maintenant ? … Maintenant que vous êtes séparé, Hal …Qu’est-ce que vous faites de vos soirées ? … »

Franck vit une petite existence bien ordonnée avec sa femme Donna. Dans cette petite routine, selon les usages il est de bon ton d’inviter à dîner sa belle-mère par exemple ainsi que son collègue de travail Hal fraichement divorcé. Un dîner bien orchestré, des conversations banales, la vie normale et normée somme toute. Mis à part que chez Berkoff les personnages n’ont aucun filtre pour le spectateur et durant la totalité de la pièce ils vont nous adresser tout ce qui leur passe par la tête. Le pire comme le meilleur.

Steven Berkoff décortique avec un plaisir non dissimulé l’être humain dans toutes ses turpitudes et ses bassesses. Dans une société basée sur l’apparence et la réussite sociale, les questionnements internes que toute cette pression génère au quotidien sont ici exprimés dans une langue libératrice. En effet dans « Kvetch » tous les personnages ont un double langage, un discours polissé, comme il faut, pour être le plus courtois possible avec autrui; et la pensée réelle, abrupte et souvent grossière pour une dichotomie des plus jubilatoires. Sophie Lecarpentier met en scène ce texte loufoque, avec intelligence et sobriété tout en égrenant ça et là de belles trouvailles. Elle dirige avant tout à la perfection son équipe d’acteurs qui fait preuve d’une belle maîtrise dans cet exercice périlleux de jouer en permanence sur deux niveaux. Le musicien Bertrand Causse les accompagne soulignant de son instrument toutes les incohérences et les fausses notes de la pensée intime face à nos actes. La nature humaine n’en ressort que plus tourmentée, lâche et hypocrite mais aussi follement touchante, poétique et vulnérable. Une belle réussite à découvrir jusqu’au 21 Février au Rond-point.

Audrey Jean

« Kvetch » de Steven Berkoff
Mise en scène de Sophie Lecarpentier

Avec Stéphane Brel, Fabrice Cals, Anne Cressent, Julien Saada et Bertrand Causse

Du 2 au 21 Février à 18H30
Théâtre du Rond-Point

Audrey Jean