Articles

Théâtre : Le cercle de craie Caucasien

Par Audrey Jean, le 19 janvier 2013 — Bertold Brecht, épopée humaniste, Fabian Chappuis, L'Arche Editeur, le cercle de craie caucasien, Théâtre 13 — 3 minutes de lecture

Après le succès d’ « A mon âge je me cache encore pour fumer » Fabian Chappuis s’attaque à un classique monumental « Le Cercle de craie Caucasien » de Bertol Brecht. Utilisant à bon escient les magnifiques volumes du Théâtre 13 côté Seine, il nous propose une mise en scène complexe extrêmement poétique servie par une équipe de comédiens remarquables. Un moment magique où le temps est  suspendu, à ne manquer sous aucun pretexte !

 

C’est la révolution en Géorgie, le gouverneur Abaschvili est assassiné, sa femme fuit et abandonne lâchement leur fils Michel. Une fille de cuisine Groucha le recueille alors mais pour le sauver elle devra traverser bon nombre d’épreuves. Elle finit par trouver refuge dans la montagne en épousant un fermier. La révolution avorte, les soldats traquent toujours l’enfant pour le rendre à sa véritable mère. Le juge Azdak doit alors décréter qui de Groucha ou Natella Abaschvili est la plus légitime pour garder l’enfant.

 

Cette épopée bouleversante de Bertol Brecht retrace le parcours de Groucha au travers des rencontres heureuses ou malencontreuses qu’elle fera au cours de son périple. Ce sont plus de cinquante personnages différents que Fabian Chappuis a conservé dans sa mise en scène, cette pièce chorale regorge donc de matière à exploiter et le travail fourni sur ce projet est largement à la hauteur de nos espérances. La mise en parallèle de l’histoire de Groucha et celle du juge Azdak renvoie à la question de la légitimité des individus. Ils font une expérience unique où ils assistent ,incrédules, à la naissance de leur propre conscience. Ces personnages font un choix, ils doivent s’engager corps et âme pour être cohérents avec l’idée qu’ils se font de la justice, de la liberté. Cette lutte intérieure est traduite par les comédiens directement avec leur corps comme une nouvelle forme d’expression, un nouveau langage orchestré ici par le chorégraphe Serge Ricci.

 

La fable prend vie sous nos yeux grâce à une scénographie magistrale. Le travail sur les lumières de Florent Barnaud et la création d’une bande son originale par Cyril Romoli créent des moments d’une intensité rare. On apprécie particulièrement la personnification de l’enfant au travers d’une marionnette, le thème musical qui accompagne ces scènes plonge le spectateur dans une émotion palpable. Le décor uniquement composé de deux plans inclinés nous emmène sur les traces de Groucha, évoquant tantôt une rivière tantôt le tribunal ou encore la cime d’une montagne. Par la force de l’imaginaire c’est une multitude de lieux qui sont ainsi restitués. Les comédiens les déplacent à vue prenant une part active au déroulement de cette histoire, ils sont tous acteurs et narrateurs de cette formidable épopée rendant un merveilleux hommage à l’art de conter des histoires. Parmi cette équipe exceptionnelle on saluera les prestations de Benjamin Penamaria dans le rôle de Simon, Stéphanie Labbé pour Groucha et Florent Guyot dans le rôle du juge Azdak. Sublime !

 

 Audrey Jean

« Le Cercle de craie Caucasien » de Bertol Brecht
Mise en scène de Fabian Chappuis

Avec Jean-Patrick Gauthier, Florent Guyot, Stéphanie Labbé, Jean-Christophe Laurier, Benjamin Penamaria, Agnès Ramy, Boris Ravaine, Marie-Céline Tuvache, Elisabeth Ventura et Eric Wolfer

Crédits Photos : Bastien Capela  

Mardi, jeudi et samedi à 19H30
Mercredi et vendredi à 20H30
Dimanche à 15H30

 

Théâtre 13 / Seine

30 Rue du Chevaleret
75013 Paris

www.theatre13.com

Audrey Jean