Articles

Théâtre : « Le roi Lear » de William Shakespeare au Théâtre de la Ville hors les murs

Par Laurent Schteiner, le 11 novembre 2021 — georges lavaudant, le roi lear, Shakespeare, theatre de la porte st martin, Théâtre de la Ville — 3 minutes de lecture

Le Théâtre de la Porte Saint-Martin a ouvert ses portes au théâtre de la Ville en présentant Le roi Lear de William Shakespeare. En mettant en scène ce chef d’œuvre, emmené par un Jacques Weber flamboyant, Georges Lavaudant nous a offert un spectacle de toute beauté.

Le Roi Lear sent son règne prendre fin. Vieux et atteint de sénilité, il décide de partager son royaume entre ses trois filles afin de les doter.  A cet effet, il requiert de leur part un plaidoyer en sa faveur afin de mériter leur part d’héritage. Les deux premières hypocrites et manipulatrices, Goneril et Regane, se perdent en louanges afin d’acquérir une part plus importante de l’héritage. La dernière Cornelia, la préférée de Lear ne réclame rien excepté la tendresse de son père. Dans un accès d’aveuglement et d’autorité tenant à la sénilité, il répudie Cornelia au profit de ses deux soeurs. Le crépuscule de Lear est amorcé. La messe étant dite, les couteaux sortent de l’ombre prêts à récupérer un pouvoir vacant. Dans ce crépuscule qu’il traverse, Lear fait l’expérience de la désillusion, de l’hypocrisie et des manipulations de toutes sortes. Gagné par sa folie, il aura la malchance de vivre malgré tout trop longtemps pour voir le sol se dérober sous ses pieds.

Copyright Jean-Louis Fernandez

Georges Lavaudant a su saisir les accents de comédie qui se manifestent dans cette tragédie. De facto, il apporte une lecture nouvelle et originale à la dramaturgie de cette pièce. La scénographie épurée permet de se concentrer sur le jeu sur les comédiens. Saluons la performance de Jacques Weber qui interprète un Lear étincelant. Le reste de la troupe n’est pas en reste compte tenu de l’excellence de leur interprétation. Cette pièce, qui n’a que 400 ans, contient en son germe une modernité incroyable. Les conflits familiaux autour d’un possible héritage demeurent toujours la pierre angulaire de notre société où l’individualisme et l’opportunisme sont rois. Rien n’a changer malgré les siècles !

Laurent Schteiner

Le roi Lear de William Shakespeare
Mise en scène de Geoges Lavaudant

avec Jacques Weber, Astrid BAs, Frédéric Borie, Thomas Durand, Babacar Mbaye Fall, Clovis Fouin- Agoutin, Bénédicte Guilbert, Manuel Le Lièvre, François Marthouret, Laurent Papot, Jose Antonio Pereira, Grace Seri, Thomas Trigeaud et Thibault Vinçon 

  • Créateur son : Jean-Louis Imbert
  • Créateur Lumières : Christobal Castillo Mora & Georges Lavaudant
  • Traduction et dramaturgie : Daniel Loayza
  • Décors & costumes : Jean-Pierre Vergier
  • Assistante costumes : Siegrid Petit-Milazzo
  • Maitre d’armes : François Rostain
  • Assistante à la mise en scène : Fani Carenco
  • répétitrice chant : Isabelle Lopez
  • Maquillages, coiffures et perruques : Sylvie Cailler, Jocelyne Milazzo
  • régisseur plateau : Yann-Kevin Berger
  • Cheffe habilleuse : Christine Bazin
  • Habilleuse : Marion Vincent

Théâtre de la Ville hors les murs – Théâtre de la Porte St Martin
18 bld St Martin
75010 Paris

Jusqu’au 28 novembre 2021 à 19h du mardi au samedi, 15h le dimanche

 

 

Laurent Schteiner

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.