Articles

Théâtre : "Les eaux lourdes" consacrent le mythe médéen au Lucernaire !

Par Laurent Schteiner, le 13 février 2015 — christian simeon, les eaux lourdes, Lucernaire, thierry falvisaner — 3 minutes de lecture

Le Lucernaire nous propose actuellement, Les eaux lourdes, une pièce inédite de Christian Siméon, qui revisite le mythe de Médée en le transposant à la fin de la 2e guerre mondiale. Cette œuvre propose à travers ce célèbre mythe une dramaturgie puissante et violente qui dévaste complètement le spectateur. Rares sont les spectacles susceptibles d’apporter de telles émotions.


La mise en scène magistrale de Thierry Falvisaner est transcendée par quatre comédiens exceptionnels servis par un texte extrêmement fort. Leur jeu est juste incroyable à la hauteur du débordement de ces personnages hors-normes. La topologie de la salle du Paradis est propice à une proximité avec les personnages décuplant l’impact émotionnel qui en résulte. Saluons parmi ces performances, celle d’Arnaud Aldigé qui est proprement ahurissante dans ce rôle de fils autiste détenteur de la vérité.

Christian Siméon pose à travers cette pièce une question simple : « Que se passe-t-il après que Médée se soit vengée de Jason ? Eh bien, elle recommence. »

download

C’est toute une histoire faite de quête, de rédemption, de culpabilité inavouée, d’amour sublimé jusqu’à la folie ressuscitant le mythe médéen qui nous est proposée. Les crimes et les passions mortifères nous sont crachés au visage tels ces stigmates de la guerre dont le monde est sorti exsangue.

Thierry Falvisaner, à travers cette formidable partie d’échecs qui oppose Pierre à Mara, joue avec la tension constante de ces deux personnages qui rivalisent d’amour et de haine. Un sentiment ambivalent qui n’en fait qu’un. Au travers de l’histoire de ces résistants, c’est toute la schizophrénie de Pierre qui nous est présentée. Entre recherche de vérité et de culpabilité, la quête de Pierre n’a de sens que dans sa propre destruction. Trouvant en Mara son double, il assume pleinement sa part du diable. De fait, Christian Siméon reconstitue les amants diaboliques sous les yeux d’un public sonné mais heureux de ce moment magique de théâtre.

Laurent Schteiner

 
Les eaux lourdes de Christian SIMEON
mise en scène de Thierry FALVISANER
Avec Arnaud ALDIGE (Ian), Julie HARNOIS (Alix), Elizabeth MAZEV (Mara) et Christophe VANDEVELVE (Pierre)
Scénographie : Thierry FALVISANER
Régie générale / Lumières et construction du décor : Sylvain BLOQUAUX
Création sonore et régie son : Shoï LORILLARD
© Fonteray

Lucernaire
53 rue ND des Champs
75006-Paris
Réservations : 01 45 44 57 34
jusqu’au 4 avril 2015
www.lucernaire.fr

Laurent Schteiner