Articles

Théâtre : "Les oies se gardent entre elles" une création d'Antoine de la Roche à l'Echangeur de Bagnolet

Par Audrey Jean, le 7 janvier 2015 — Antoine de la Roche, L'Echangeur, Les oies se gardent entre elles — 4 minutes de lecture

Antoine de la Roche signe le texte et la mise en scène d’un spectacle poétique sur l’absence « Les oies se gardent entre elles » actuellement à l’affiche de l’Echangeur. Une immersion sensible aux côtés d’une famille endeuillée, un espace-temps indéfini où chaque mot pèse autant que la douleur.

Photo-1-Les-oies-Catherine-Raynaud

Une famille est réunie autour d’un triste évènement, la mort de Louis le grand-père. Ava et André les deux parents s’affairent à l’organisation logistique du traditionnel repas de funérailles, et tentent tant bien que mal de maintenir l’équilibre précaire de la famille. La troisième génération Tom, son frère adoptif David et la cousine Anna bouillonnent eux d’un rage mal contenue. Au dehors la tempête gronde, au dedans le vernis se craquelle. La mort de Louis s’avère être un écho terrible à un autre deuil, un deuil qui les a tous jusqu’à ce jour laissé en apnée.

Une table. Une famille autour. Derrière l’enterrement du grand-père se cache en réalité la terrible perte de Jean le fils ainé. Toutes ces années écoulées entre les deux morts n’auront servi qu’à accumuler des couches de faux-semblants, à faire comme si on allait bien. Les oies arrivent au dessus de la maison et non, on ne va pas bien. Antoine de la Roche parvient dans sa mise en scène à restituer cet état étrange et complexe du deuil, la communion irréelle avec nos fantômes, la sensation que rien n’est totalement vrai. Utilisant une forme séquencée entrecoupée de plus longs monologues il crée ici une temporalité à part. La journée semble être étirée, infinie. Combien de temps s’écoule-t-il finalement avant de se relever d’une telle épreuve ? Ici les corps même n’ont pas leurs postures naturelles, chaque geste est lent, lourd, les phrasés détachés. Dans ce texte où le silence tient un rôle à part entière, les acteurs installent aisément un univers pesant teinté d’étrangeté, écrin remarquable pour la beauté de certains monologues. Nombreux sont les arrêts sur images fantasmagoriques où chacun tente de se libérer du poids de la douleur. Les abcès à crever, les non-dits, les rancœurs démultipliées par la tristesse, il y a tout ça à régler. Et c’est long. Et c’est insurmontable. Pourtant derrière la peine il y a aussi cet élan sublime de la famille, le besoin viscéral de former un clan, de créer du lien pour camoufler l’absence. Les lignes bougent subrepticement et une nouvelle cartographie de la famille se met progressivement en place. En toile de fond, tel un métronome, le passage cyclique des oies migrantes marque une nouvelle année passée à se reconstruire. Si l’équipe est incontestablement investie on regrettera cependant quelques longueurs dans le texte et le rythme. L’atmosphère déjà empesée par la scénographie et le jeu désincarné des acteurs confèrent à l’ensemble un côté bavard et redondant par endroits. La pièce gagnerait en puissance à être écourtée, mais quoiqu’il en soit « Les oies se gardent entre elles » révèle indéniablement une plume sensible et un metteur en scène prometteur !

Audrey Jean

« Les oies se gardent entre elles »
Texte et mise en scène d’Antoine de la Roche

Avec Anthony Breurec, Xavier Bussy, Xavier Duthu, Shams El Karoui, Alexis Jebeile, Catherine Morlot, Christian Pageault, Catherine Raynaud

Jusqu’au 13 Janvier à 20H30
Le dimanche à 17H

Théâtre L’Echangeur 
59 Avenue du Général de Gaulle
93170 Bagnolet

Audrey Jean