Articles

Théâtre : Oncle Vania à l'Ane Vert Théâtre de Fontainebleau dans une mes de Philippe Nicaud

Par Laurent Schteiner, le 19 janvier 2016 — oncle vania, philippe nicaud, Tchekhov — 3 minutes de lecture

Philippe Nicaud, Comédien et metteur en scène nous revient avec Oncle Vania qui sera à l’affiche du Théâtre de Fontainebleau. Depuis notre rencontre avec Philippe Nicaud dans M ou les blessures silencieuses, cet artiste n’a cessé de nous étonner en proposant des spectacles originaux ou de revisitant certains classiques. C’est le cas notamment d’Oncle Vania qui est monté avec 5 personnages afin de ressentir davantage le temps qui passe en restant malgré tout imprégné du texte initial. Venez réserver vos places à L’Âne vert Théâtre à Fontainebleau du 21 au 24 janvier 2016

Se saisir de l’oeuvre de Tchékhov comme d’un matériau vivant, tout en respectant infiniment le texte de l’auteur. Voir en quoi il nous parle aujourd’hui, ici et maintenant. Plonger au coeur de l’extrême tension qui relie les protagonistes principaux de cette douloureuse histoire de famille. En tirer la quintessence dans toute sa violence, sa puissance, mais aussi dans son absurde drôlerie : voilà comment nous avons travaillé jusqu’à faire surgir notre Vania, une tragi-comédie éternellement moderne. (Philippe Nicaud).

Flyer recto fontainebleau janv.16

Pourquoi avoir recentré Oncle Vania sur les 5 personnages principaux ?
A l’origine, Oncle Vania comporte 9 personnages. Les 4 personnages secondaires que j’ai supprimés sont souvent là pour tempérer la violence des émotions et accentuer cet effet de temps qui passe. J’ai voulu aller au coeur de cette tension familiale insoutenable, tirer de ce texte toute sa nervosité,  toute son intensité. Des répliques ont été supprimées, d’autres prises en charge par les personnages principaux, mais j’ai fait très attention de respecter le texte de Tchékhov. Je trouve souvent les traductions des pièces de Tchékhov un peu littéraires. J’ai donc beaucoup travaillé à partir du texte original en russe avec l’une des comédiennes qui parle la langue. Et au cours des répétitions, lorsqu’une réplique posait question, nous sommes toujours revenu au texte en russe pour tenter d’en tirer le sens d’origine et nous l’approprier.

Pourquoi avoir monté Oncle Vania ?
Ce qui m’a intéressé, c’est la fulgurance des sentiments, la rage d’avoir gâché sa vie, la déception, les injustices, le refus d’une autorité qu’on estime usurpée, la peur de la vieillesse, de la mort et de l’amour. L’amour déraisonnable, incontrôlable, amer. J’ai ressenti dans ce chaos le besoin irrépressible de liberté qui est en chacun de nous.

Comment avez-vous travaillé avec les acteurs ?
J’ai commencé les répétitions en leur disant : “pas de samovar dans ma mise en scène”. Je leur ai demandé une tension permanente, une attention à leur propre gouffre, à chaque mot, à chaque inflexion et sur cette “border line”, laisser les mots s’échapper, les blesser, les élever et les porter vers un sens caché. De ce vertige, devenir le personnage sans chercher à le jouer. Et si Vania apparaît parfois avec un nez rouge, c’est parce que son désir impulsif ne peut s’exprimer que derrière un masque. C’est un clown tellement pathétique qu’il en devient drôle. (Philippe Nicaud)

Oncle Vania d’Anton TCHKHOV
Mise en scène de Philippe NICAUD

Avec Christine BRUNEAU, Céline SPANG Fabrice MERLO, Philippe NICAUD et Bernard STARCK

Âne Vert Théâtre
6 rue des Sablons
Fontainebleau
du 21 au 24 janvier 2016 
du jeudi au samedi à 20h30, le dimanche 24 à 17h
Réservations : 08 83 09 97 39

Laurent Schteiner