Articles

Théâtre : "Peer Gynt"dans une mes de Laurent Rogero

Par Laurent Schteiner, le 23 février 2017 — Groupe Anamorphose, laurent rogero, peer gynt — 4 minutes de lecture

Permettre de découvrir un « géant » de la littérature dramatique norvégienne c’est le pari fou qu’a fait Laurent Rogero en adaptant Peer Gynt d’Ibsen dans la traduction de François Regnault. Pari tenu ! C’est un spectacle fantasque, hybride, joyeux et avec un côté enfantin, grotesque et sans limite.

Cette gigantesque pièce où se croisent une soixantaine de personnages, est jouée par seulement cinq comédiens. Hormis Laurent Rogero lui-même qui  a  le rôle de Peer Gynt, ils jouent plusieurs personnages et manipulent aussi bon nombre de marionnettes avec de vraies « gueules », taillées dans la mousse, quand les comédiens n’utilisent pas aussi le masque pour certains rôles.

 La pièce, très longue dans son texte original, a été  réduite  ici à une heure et demie de spectacle, et nous fait voyager dans la folle aventure de la vie de Peer Gynt. De la Norvège au Maroc, du Maroc à l’Egypte etc, la vie épique de  Peer Gynt qui a un désir fou de vivre, vivre selon ses désirs, ses envies. Il se cherche à travers le monde, il veut aussi être lui-même, toujours, en toutes circonstances et adapte les valeurs et la morale au gré de ce qu’il est sur le moment : un prince troll, un fou, un riche armateur, un prophète etc… Toujours il parvient à être quelque chose socialement jusqu’à ce que tout lui échappe. On est confronté à la solitude d’un personnage obsédé par ses chimères et qui se refuse au fond à une vie « normale », sa seule profession serait celle de « jeteur de poudre aux yeux » si on admet que ça puisse être une profession ! Sa folle quête, son immaturité l’amènent à une errance et une solitude, qu’il n’aperçoit finalement que lorsqu’il est trop tard et que la fin approche. Ce constat pourrait être amer et dit ainsi, on peut se dire que cette pièce est finalement sinistre. Mais pas du tout ! Notre Peer Gynt a une énergie extraordinaire, il sait manier les mots et enjôle tout le monde, et sa force vitale lui vaut d’avoir vécu presque mille vies et une vies en  une. Et c’est présenté avec une telle insouciance temporelle, spatiale, qu’on est amené dans quelque chose d’à la fois épique et farcesque, ce que le groupe Anamorphose a parfaitement adapté. On assiste à un spectacle complètement joyeux, enlevé, gai, où le rire du public accompagne les pérégrinations de Peer Gynt, ses méfaits étant tellement « gros » que rien ne peut être pris au sérieux et qu’on lui pardonnerait tout !

Autre « recette » géniale pour rendre ce monument accessible et joyeux, les comédiens par moments poussent eux-mêmes la chansonnette (non sans talent d’ailleurs !) et reprennent la plupart du temps les musiques de Grieg, qui avait composé les musiques du spectacle lors de la création de la pièce avec Ibsen. Et là encore, l’interprétation musicale se fait souvent avec un lyrisme exagéré et drôle, on tendrait à se croire dans une comédie musicale ! Tout est joué comme un enfant le ferait, avec cette présence, cette joie, cette conviction qui embarquent tout le monde dans un moment délicieux et très généreux.

Anna Yorka
Prochaines dates : Le mardi 7 mars 2017 à Bergerac (24) et le vendredi 10 mars 2017 à Nîmes (30).
Peer Gynt d’Henrik IBSEN
traduction de François Regnault
Mise en scène : Laurent ROGERO
Jeu : Laurent ROGERO, Olivier COLOMBEL, Günther GALBERT, Hadrien ROUCHARD, Elise SERVIERES
Musiques d’Edvard GRIEG
Groupe Anamorphose
Spectacle vu à Pessac (33)
 
 
 

Laurent Schteiner