Articles

Théâtre : "Poussière" de Lars Noren – Une œuvre puissante aux accents "beckettiens"

Par Laurent Schteiner, le 14 février 2018 — Comédie Française, lars noren, poussiere — 3 minutes de lecture

Poussière de Lars Noren qui se donne actuellement à la Comédie Française est une œuvre puissante où plane l’ombre de Beckett. Rares sont les pièces qui abordent le thème de la vieillesse et à travers elle,  la maladie d’Alzheimer. Lars Noren en a fait ici une composition brillante et drôle à la fois afin de se dégager des lignes dramatiques aux accents inévitables de tristesse et de désespoir. Du grand art !

Sur scène prend place un ensemble de pensionnaires d’une maison de retraites, tous touchés par la maladie d’Alzheimer. Sans repères, ils prennent place et se racontent. Leurs discours sont décousus plus ou moins bricolés  entourés pour la plupart d’un halo de souvenirs qui se perdent dans les limbes de leur mémoire défaillante. Des obsessions sont présentes pour certains avec leur cortège d’angoisses qui les écrasent subitement. Les rapports sont simples et directs car la pensée s’est simplifiée à l’extrême. De ce mécanisme Lars Noren en tire des effets comiques teintés de tristesse malgré tout.

La mort est incarnée par une jeune fille toute douce et ingénue, bienveillante, toujours prête à délivrer ces pensionnaires qui pleurent cette vie qui les décompose à petit feu en les condamnant à l’état de poussière.

En arrière-scène, un rideau délimite le passage à la mort. Derrière lui, la mémoire semble renaitre. Lars Noren nourrit cet espoir que ces naufragés de la mémoire retrouveront leurs souvenirs dans cette fin bienvenue et attendue. Mourir pour renaitre. Le traitement toute ne finesse de Lars Noren dans cette mise en scène ne néglige aucun détail de cette maladie n’hésitant pas à mettre en relief une part de grotesque. Lars Noren nous propose le rire comme seule thérapie afin de se préserver de cette tragédie qui nous touche. Lars Noren nous tire vers le haut en nous proposant cette pièce magnifique, brillamment interprétée, en jouant sur un nécessaire décalage  comme un baume appliqué à notre cœur.

Laurent Schteiner

 

Poussière de Lars Noren
Traduction de Aino HÖGLUND et Amélie WENDLING
mise en scène de Lars NOREN

avec  Martine CHEVALLIER, Anne KESSLER, Bruno RAFFAELLI, Alain LENGLET, FRançoise GILLARD, Christian GONON, Hervé PIERRE, Gilles DAVID, Danièle LEBRUN, Didier SANDRE, Dominique BLANC et les comédiens de l’Académie de la Comédir Française Matthieu ASTRE, Juliette DAMY, Robin GOUPIL, Alexandre SCHORDERET et les enfants en alternance Maxime ALEXANDRE, Margaux GUILLOU, Rosalie TRIGANO

  • Scénographie : Gilles TASCHET
  • Costumes : Renato BIANCHI
  • Lumière : Bertrand COUDERC
  • Son : Léonard FRANCON
  • travail Chorégraphique : Glysleïn LEFEVER
  • Collaboration artistique : Amélie WENDLING
  • © Brigitte Enguérand

Comédie Française
Salle Richelieu
1 Place Colette
75001 Paris
jusqu’au 16 juin en alternance à 20h30
réservations : 01 44 58 15 15
www.comedie-francaise.fr
 
 
 
 

Laurent Schteiner