Articles

Théâtre : Sandre de Solenn Denis

Par Laurent Schteiner, le 17 janvier 2015 — erwan daouphars, Sandre, solenn denis — 3 minutes de lecture

Solenn Denis vient d’adapter pour le théâtre Sandre, sa dernière œuvre éponyme. Cette pièce parue chez Lansman Editeur que nous avions chroniquée récemment a connu un fort joli succès à la Loge Théâtre. Cette création, en tout point remarquable, nous transit d’effroi tant la dramaturgie s’avère puissante.

La mise en scène de ce monologue terrifiant et drôle à la fois par le collectif Denisyak constitue une belle réussite qu’il convient de saluer. Solenn Denis décrit, à travers un monologue âpre, la vie d’une femme à la santé mentale instable.

SANDRE de Solenn DENIS avec Erwan DAOUPHARS

Cette femme se raconte dans une grande confusion sur son amour qui n’est plus, sur son mari qui ne l’aime plus et qui lui préfère Sandrine, sa collègue de bureau. Seule, incomprise et en pleine détresse, elle cherche sa place dans une société qui ne la voit pas. Ses accès de schizophrénie l’amènent à nous prendre à témoin par le biais de plusieurs voix qui cohabitent ensemble. Perdant pied avec la vie et avec elle-même, elle commettra l’irréparable…

Erwan Daouphars, est étincelant de réalité et de folie en interprétant cette femme désaxée. Il nous surprend par la naïveté de son personnage qui bascule dans la folie. Les changements de tons et de lumière restituent parfaitement une intimité propice à des confidences décalées et effrayantes.

SANDRE de Solenn DENIS avec Erwan DAOUPHARS

Les lumières réalisées avec brio par Yannick Anché soulignent toutes les ambiances de cette création jusqu’aux plus effrayantes. La force de ce texte proposé par Solenn Denis réside également dans la présence d’un humour qui répond à la naïveté de cette femme en repoussant pour un temps l’aspect dramatique de cette pièce.

Dans une scénographie épurée, le fauteuil et le guéridon semblent flotter au même titre que la raison de cette femme à la dérive. Ce spectacle marquant à plus d’un titre, et notamment par la qualité de sa dramaturgie, s’avère être une très belle proposition de ce début d’année !

Laurent Schteiner
 
Sandre de Solenn DENIS
Mise en scène par le collectif DENISYAK
Avec Erwan DAOUPHARS
Lumières : Yannick ANCHE
Scénographie : Philippe CASABAN, Eric CHARBEAU
Costumes : Muriel LERICHE
Décor : Nicolas BRUN
Régie Plateau : Jean-Luc PETIT
© Marie-Elise Ho-Van-Ba

Laurent Schteiner