Articles

Théâtre : "Tout va bien se passer" de Maïa Brami à la Reine Blanche

Par Laurent Schteiner, le 15 juin 2018 — bruno fougnies, maia brami, Théâtre de la Reine Blanche, tout va bien se passer — 3 minutes de lecture

Le Théâtre de la Reine Blanche nous convie à un spectacle étonnant de Maïa Brami. Ce récit autobiographique, plus qu’un exutoire à une triste expérience, explore les tréfonds de l’âme humaine pour toutes ces femmes qui n’arrivent pas à enfanter normalement. Tout va bien se passer nous délivre une gangue de désespoir, de douleur mais également de résilience quand justement tout ne se passe pas si bien….

La douche l’attend. Elle la regarde et hésite à y aller. Non, ce n’est pas encore le moment de tourner la page, de se laver de tout ça et d’essayer d’alléger son fardeau. Elle se tourne vers le public et soudain elle lève le voile du chemin de croix que toute femme subit lorsqu’elle entreprend une FIV (fécondation In Vitro). La démarche est longue et semée d’embuches. La volonté doit être forte voire désespérée dans certains cas. Ce seule en scène retrace la longue marche de Maia Brami vers l’enfantement. Son histoire tragique, narrée par une excellente comédienne Coralie Emilion-Languille, nous guide aux frontières de l’incroyable.

Une multitude de questions s’abattent sur le spectateur telle une pluie de coups de poing lorsque l’on partage le drame de Maïa Brami à ne pas être anesthésiée lors de la ponction. Comment imaginer une telle erreur commise de surcroit par un très grand professeur ? Cette erreur lourde de conséquences a anéanti les chances de trouver dans les filaments l’ovocyte tant désiré. Tant d’espoirs détruits par maladresse et impéritie. L’incompréhension nous submerge. Un tourbillon de douleurs morales et physiques assaille cette femme au bout d’elle-même. L’impact est violent. Comment peut-on s’en remettre quand tant de rêves sont partis en fumée en si peu de temps. Coralie Emilion-Languille à travers ce texte fort et cru nous fait passer par tant d’émotions que le public se sent happé par cette tragédie tant banalisée dans notre société. Il est vital de comprendre ce que ces femmes endurent dans notre société déshumanisée. Bruno Fougniès et Coralie Emilion-Languille signent tous deux une mise scène toute en finesse. Coralie Emilion-Languille s’y révèle dans un jeu sobre, subtil et sensible. Un spectacle nécessaire pour reprendre contact avec l’humain !

Laurent Schteiner
Tout va bien se passer de Maïa BRAMI
Mise en scène de Coralie EMILION-LANGUILLE & Bruno FOUGNIES
avec Coralie EMILION-LANGUILLE et David KPOSSOU (basse)

  • Chorégraphie : Bouziane BOUTELDJA
  • Décorateur : Emanuel REVEILLERE
  • Styliste : Laurence BENOIT
  • Coach vocal : Arnaud VERNET
  • Scénographie : Camille ANSQUER
  • graphiste : Damien VALENTINI
  • copyright photos Camille ANQUER

Théâtre de la Reine Blanche
2 bis passage Ruelle
75018 Paris
tel : 01 40 05 06 96
jusqu’au 23 juin 2018 à 19h
 

Laurent Schteiner