Articles

Théâtre : Yann-Joël Collin bouscule "La Mouette" de Tchekhov

Par Audrey Jean, le 13 novembre 2014 — La mouette, Quartiers d'Ivry, Tchekhov, Yann-Joël Collin — 4 minutes de lecture

Le Théâtre des Quartiers d’Ivry propose actuellement une adaptation foisonnante de « La Mouette » de Tchekhov dans une mise en scène controversée de Yann-Joël Collin. Une proposition somme toute cohérente et audacieuse qui bouleverse l’ordre établi autour de Tchekhov et ancre enfin son théâtre dans une réalité plus festive !  

15269141042_3acefb3e65_o

« Ca c’est le théâtre. Un rideau, puis la première coulisse, puis la deuxième, et, plus loin, l’espace vide. Comme décor – rien. »

C’est vraisemblablement une aventure courageuse que la compagnie nous invite à vivre à leurs côtés avec cette mouette. Un parcours sinueux brouillant les pistes entre fiction et réalité, acteurs et personnages, un parcours qui certainement peut effrayer mais ce chemin est balisé avec précision n’en doutez pas une seconde. La décontraction affichée, la direction d’acteurs  ou encore la nouvelle traduction  ancrent la pièce de Tchekhov dans sa vocation première à savoir le réel, la vie en fait, avec tout ce que cela comporte en complexité dans l’humain. Exit le poids habituel que l’on confère à « La Mouette » il s’agit ici de nous inviter à participer de manière active à la construction de cette représentation. Yann-Joël Collin ne nous prend pas en traître, il l’annonce en toute simplicité dès les premiers instants en lisant les didascallies : La mouette est une comédie en 4 actes. Il n’aura de cesse durant 3H d’inclure le spectateur dans sa démarche, géographiquement tout d’abord en élargissant au maximum l’espace scénique mais aussi dans des actions interactives et jubilatoires. La proposition, au delà d’être uniquement fantasque et subversive, réussit largement son coup puisque la création maintient intactes les enjeux dramatiques de La Mouette. En questionnement perpétuel sur le positionnement de l’artiste la pièce de Tchekhov est une réponse continue à la volonté de son personnage Kostia d’amener des formes nouvelles au théâtre par l’utilisation à bon escient d’éléments scénographiques hautement présents sur la scène contemporaine actuelle. Dans ce chaos organisé on retrouve des codes tels que le plateau-nu, le jeu dans la salle au milieu des spectateurs, la vidéo-projection, mis à part que Yann-Joël Collin les éprouve jusqu’à l’épuisement montrant par là qu’il assume totalement son parti pris.  On a ainsi la sensation en tant que spectateur d’être acteur de cette fabrique de théâtre, de participer au débat confrontant modernisme et tradition sur scène et c’est plutôt jouissif à vrai dire. L’entracte est à lui seul particulièrement révélateur du drame sous-jacent et finalement de la profondeur de la mise en scène. Le public est convié sur le plateau pour boire un verre avec l’équipe mais la fête sera teintée d’étrangeté, de tension et prend fin aussi brutalement qu’elle a commencé.  Toute la pièce sera ainsi: en apparence décontractée et festive le petit monde d’Irina profitant de la vie de sa gloire personnelle, en coulisses sous le poids écrasant de Trigorine et Irina, Nina se fâne et Kostia se meure. De belle facture cette création servie par une équipe généreuse est indéniablement culottée et n’en déplaise aux puristes, ça fait du bien ! 

Audrey Jean 

« La Mouette » d’Anton Tchekhov

Traduction André Markowicz et Francoise Morvan
Mise en scène de Yann-Joël Collin

Avec Benjamin Abitan, Cyril Bothorel, Xavier Brossard, Yann-Joël Collin, Nicolas Fleury, Catherine Fourty, Thierry Grapotte, Alexandra Scicluna, Sofia Teillet, Marie Cariès ou Sandra Choquet, Christian Esnay ou Eric Louis, Sharif Andoura ou Pascal Collin

Crédits Photos : Christian Berthelot 

Jusqu’au 30 Novembre 

Mardi, mercredi, vendredi et samedi à 20H
Jeudi à 19H
Dimanche à 16H

Théâtre des Quartiers d’Ivry 

1 rue Simon Dereure 

Audrey Jean