Articles

Un chapeau de paille d'Italie

Par Laurent Schteiner, le 12 novembre 2012 — 3 minutes de lecture

Jouée pour la première fois en  1851, cette pièce d’Eugène Labiche, actuellement visible en alternance au Théâtre Ephémère de la Comédie Française, nous transporte dans un vaudeville où les quiproquos de tous ordres s’accumulent avec bonheur. Ce spectacle, signé Giorgio Barberio Corsetti s’assimile à une comédie « presque musicale ». Cet harmonieux mélange des genres fonctionne à merveille avec des connotations modernes de mise en scène qui renouvèlent l’œuvre de Labiche.

 

Cette histoire « abracabrantesque » débute par un chapeau de paille mâchouillé par le cheval de Ferdinard qui le matin de ses noces se promenait dans le bois de Vincennes. Ce couvre-chef appartient à Mme Anaïs Beauperthuis qui avait donné rendez-vous ce même matin  à son amant militaire. Ne pouvant revenir chez son mari jaloux et violent sans son chapeau de paille, elle prie instamment Ferdianrd de réparer sa faute en lui dénichant un chapeau de substitution. En même temps la future mariée accompagnée de son père et de la noce débarquent dans sa maison sans crier gare ajoutant à la confusion grandissante. Ferdianrd n’aura de cesse de trouver discrètement son précieux butin, entrainant avec lui une noce au plus fort de la fête, multipliant ainsi les quiproquos.

 

La mise en scène s’avère très originale car elle transforme cette œuvre de Labiche en un spectacle musical dont les notes de guitare électrique nous rappellent le son des années 70. Les chorégraphies réalisées par les personnages sont délirantes et inattendues.  Les musiciens sont partie prenante du spectacle grâce aux interactions qu’ils entretiennent avec les personnages de la pièce. Cette lecture moderne de cette pièce sur le plan de la mise en scène est une véritable réussite. Le propos de la pièce s’accélère au fil de l’histoire laissant ses personnages désemparés. Ferdinard lui-même, réalisant des allées et venues permanentes entre la noce et sa quête, semble perdu. En cassant les codes et conventions d’un vaudeville du XIX e siècle, Giorgio Barberio Corsetti nous offre une création moderne et déjantée menée tambour battant. Les comédiens sans exception sont excellents de justesse. Pierre Niney et Adeline D’Hermy constituent les révélations de ce spectacle au goût rock. Sans oublier le talent de Christian Hecq qui nous comble à chaque spectacle (cf Le fil à la patte) et dont les apparitions s’avèrent toujours irrésistibles. De la bien bel ouvrage en vérité !

 

Laurent Schteiner

 

Un chapeau de paille d’Italie d’Eugène Labiche

 

Mise en scène de Giorgio Barberio Corsetti

 

Avec Véronique Vella, Coraly Zahonero, Jérôme Pouly, Laurent Natrella, Léonie Simaga, Nicolas Lormeau, Gilles David, Christian Hecq, Nazim Boudjenah, Félicien Juttner, Pierre Niney, Adeline D’Hermy, Danièle Lebrun, Elliot Jenicot et Louis Arene.

Les musiciens : Christophe Carvero (violon, batterie et piano), Hervé Legeay (guitares) et Hervé Pouliquen (guitares, basse et cavaquinho)

 

Scénographie : Giorgio Barberio Corsetti et Massimo Troncanetti

Costumes : Renato Bianchi

Musique originale, direction musicale et direction des chants : Hervé Legeay

Lumières : Fabrice Kebour

Maquillages : Carole Anquetil

 

Comédie Française

Théâtre Ephémère

Place Colette

75001 Paris

Du 31 octobre au 7 janvier 2013

www.comedie-francaise.fr

loc : 0825 10 1680

 
 

Laurent Schteiner