Articles

Un Songe d'une nuit d'été

Par Audrey Jean, le 8 novembre 2012 — 3 minutes de lecture

Après son adaptation de « La Flûte enchantée » Antoine Herbez continue son travail autour du thème du merveilleux et s’attaque cette fois au grand William Shakespeare. Toujours au sein de la compagnie Ecla il nous propose cette création originale pour leur saison 2012/2013 mêlant théâtre, magie et musique lyrique « Un Songe d’une nuit d’été ». La pièce est ici écourtée pour mieux simplifier la compréhension des plus jeunes et surtout enrichie de précieux extraits du semi-opéra de Purcell « The Fairy Queen ». Une aventure inoubliable dans le monde espiègle et surnaturel de la forêt enchantée !

 

Héléna aime Démétrius qui aime Hermia qui aime Lysandre. Comme si la situation n’était pas assez compliquée, ces quatre protagonistes se retrouvent dans la forêt enchantée du roi Obéron et de sa reine Titania où ils deviennent malgré eux la cible des facéties des fées et du lutin Puck.

 

Evidemment pour fournir un spectacle d’1H30 avec ce classique incontournable de Shakespeare, le texte original de la pièce a été resserrée par l’adaptation de Wajdi Lahami. L’on se concentre ici uniquement sur les histoires d’amour parallèles qui se jouent entre les Athéniens d’une part et les membres du royaume des fées d’autre part. Il en résulte une version totalement cohérente mettant en exergue l’incroyable potentiel comique de ce chef-d’œuvre mais surtout son accessibilité. Les disputes et quiproquos qui jalonnent le chemin des Athéniens sont extrêmement contemporains et parfaitement illustrés par les comédiens. Ainsi les enfants du public n’éprouvent aucune difficulté à suivre cette histoire fantasque et sont au contraire subjugués par les errances amoureuses des héros.

 

Antoine Herbez choisit d’illustrer la fantaisie de cette pièce en la ponctuant d’extraits de « The Fairy Queen » de Purcell. Le résultat est enchanteur, furieusement poétique. Les comédiens pour la plupart également chanteurs lyriques s’associent à un trio de musiciens pour nous fournir les notes baroques et dynamiser l’ensemble. Précisons cependant que les chants sont en anglais, mélodieuse initiation pour les plus jeunes.

Les deux mondes, celui des Athéniens et le monde magique des fées, cohabitent sur le plateau au sein d’un décor simple composé d’éléments mobiles noirs et auréolé d’une lumière mystérieuse. L’imaginaire est donc grandement sollicité et chacun se crée sa propre parcelle de forêt magique. Les costumes par contre s’opposent en deux groupes bien distincts : coupes strictes et couleurs sombres pour les Athéniens, véritable exubérance végétale pour les fées. Les dix interprètes de ce spectacle magique sont pleins d’énergie et s’évertuent à retranscrire toute la folie de cette pièce. Saluons toutefois la performance d’Ariane Brousse éblouissante par sa fraîcheur et son charme. Mention spéciale également pour les chorégraphies de Claire Faurot notamment sur la scène de bagarre collective, un véritable modèle du genre !

 

Audrey Jean

 

« Un Songe d’une nuit d’été » de William Shakespeare
sur des airs empruntés à « The fairy Queen » de Purcell
Mise en scène d ‘Antoine Herbez

Adaptation de Wajdi Lahami / Direction musicale de Didier Benetti

Avec : Lucas Anglares, Ariane Brousse, Ronan Debois, Ivan Herbez, Orianne Moretti, Benjamin Narvey, Alice Picaud, Gaëlle Pinheiro, Marie Salvat, Maxime de Toledo

Crédits photos : Agathe Poupeney / Corinne Vaglio

Théâtre de la Porte St Martin

18 Boulevard Saint-Martin
75010 Paris

www.ecla-theatre.com

Audrey Jean