Articles

Théâtre : « Martin Eden » de Jack London, un récit spectaculaire et merveilleux raconté par La Compagnie Les Ames Libres

Par Laurent Schteiner, le 3 février 2022 — Jack London, martin eden, Théâtre de l'Essaion — 3 minutes de lecture

Le 28 janvier dernier, avait lieu la première du spectacle Martin Eden,  mis en scène par Richard Arselin au théâtre Essaïon. Cette pièce, adaptée du célèbre roman autofictif de Jack London par Véronique Boutonnet, dépeint le parcours initiatique du jeune Martin, déterminé à devenir écrivain malgré ses origines prolétaires.

Le spectacle se présente sous la forme d’une mise en abyme très poétique, s’agissant de l’élaboration  du récit d’un écrivain qui prend vie sur scène. On suit l’itinéraire d’un transfuge de classe : inspiré de la propre vie de Jack London, Martin, jeune garçon d’origine ouvrière brûle de tremper sa plume et de vivre de ses écrits. Malgré tout son travail acharné pour affiner son langage, sa culture et son style, l’auteur se retrouve dévoré par la superficialité d’une bourgeoisie qui ne le considérera jamais à sa juste valeur. Que ce soit dans ses relations professionnelles ou sentimentales, le milieu social de Martin Eden le rattrape toujours, comme une fatalité inéluctable. 

Si le roman de Jack London se déroule sur terre, celui-ci l’a écrit en pleine mer à bord du Snark que Richard Arselin a choisi de faire vivre sur les planches. En effet, dès les premières minutes du spectacle, le public est en immersion dans la merveilleuse traversée maritime de Jack et son équipage. A l’entrée du public, la petite salle de L’Essaïon est couverte d’un épais brouillard tandis qu’une musique originale aux notes celtiques accompagne le fabuleux voyage de cet écrivain explorateur hors du commun.  Les comédiens bordent les robustes cordages pendus sur la scène, qu’ils accrochent parfois à une bitte d’amarrage à l’effigie du bateau de Jack. 

© Vinciane Lebrun

 On peut  observer un effet de brouillage entre l’auteur et son héros éponyme inspiré de sa propre vie. On se retrouve balloté entre les temps de l’écriture et du récit au fil du spectacle. Il apparaît alors difficile de distinguer l’écrivain de son personnage. La troupe de comédiens évoque avec bonheur le destin exceptionnel de cet auteur aventurier. Certains passages tragiques de la vie de Martin sont illustrés avec humour offrant une satire du milieu bourgeois. 

En s’emparant de ce roman incontournable, Véronique Boutonnet relève le défi de rendre un puissant hommage à Jack London. Cette écriture très personnelle met en scène la genèse d’un récit de lutte de classes dotée d’une forte dimension onirique. La prose est remarquablement servie par un jeu d’acteurs très sensible et incarné. Martin Eden apparaît comme le miroir inversé de Jack London, celui d’un échec d’ascension social redouté par l’écrivain, dont l’oeuvre très actuelle est passée à la postérité.

Marie Lorho

Martin Eden de Jack London
Adaptation : Véronique Boutonnet
Mise en scène : Richard Arselin

Distribution : Véronique Boutonnet, Olivier Deville, Franck Etenna, Luca Lomazzi

  • Costumes : les Vertugadins
  • Musique : Franck Etenna

Théâtre de l’Essaïon
6, rue Pierre au lard
(à l’angle du 24 rue du Renard)
75004 Paris
tel : 01 42 78 46 42
www.essaion-theatre.com

Du 28 Janvier au 9 avril 2022

Les vendredis et samedis à 21H15

  Durée : 80 mn

Laurent Schteiner

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.